Accéder au contenu principal

Brésil : la justice suspend un décret autorisant l'exploitation minière d'une réserve d'Amazonie

Manifestation de l'organisation Greenpeace, le 27 août à Rio de Janeiro, contre le projet de supprimer la réserve amazonienne.
Manifestation de l'organisation Greenpeace, le 27 août à Rio de Janeiro, contre le projet de supprimer la réserve amazonienne. Apu Gomes, AFP

Un tribunal fédéral du Brésil a suspendu le décret présidentiel autorisant l'exploitation d'une mine dans une importante réserve de la forêt amazonienne. Le projet avait provoqué la colère des organisations de défense de l'environnement.

PUBLICITÉ

La justice brésilienne a suspendu, mercredi 30 août, un décret qui autorisait de facto l’exploitation d’une mine privée dans une gigantesque réserve naturelle d'Amazonie.

Un tribunal fédéral a annoncé "une injonction pour la suspension immédiate de toute mesure administrative" visant à supprimer cette réserve de la taille du Danemark. Il y a une semaine, un décret présidentiel avait abrogé son statut en annonçant qu'elle pourrait être exploitée par des entreprises minières privées. Une décision qui avait provoqué un tollé, notamment au sein des organisations de défense de l’environnement, dont Greenpeace, qui accusaient le gouvernement de brader le poumon de la Terre sous la pression du puissant lobby de l'agro-business et des compagnies minières.

>> À lire : Le président brésilien est-il en train de brader l'Amazonie pour sauver son mandat ?

Cette suspension intervient alors que le gouvernement brésilien est intervenu sur un autre dossier environnemental. Mardi, Brasilia a en effet rejeté une étude d'impact environnemental du groupe pétrolier français Total autour de son projet d'exploration pétrolière dans l'embouchure du fleuve Amazonie, et menacé d'y mettre fin faute de garanties sur la protection des récifs coralliens.

"Le mode de dispersion de pétrole, par exemple, ne peut laisser subsister aucun doute sur les conséquences possibles sur les bancs de coraux et la biodiversité marine d'une manière plus large", a expliqué dans un communiqué l'agence environnementale brésilienne, l'Ibama, qui dépend du ministère de l'Environnement.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.