TURQUIE

L'auteur présumé de l'attentat du Nouvel An à Istanbul identifié mais toujours en fuite

Yasin Akgul, AFP
3 mn

L'homme qui a tué 39 personnes lors du réveillon du Nouvel An dans une discothèque d'Istanbul, pour le groupe État islamique, a été identifié, ont fait savoir les autorités turques. Le suspect est toujours en fuite.

Publicité

L'auteur de l'attentat qui a fait 39 morts dans une boîte de nuit huppée d'Istanbul la nuit du Nouvel An a été identifié, a déclaré mercredi le ministre turc des Affaires étrangères.

"La personne qui a commis l'attentat terroriste d'Istanbul a été identifiée", a déclaré Mevlüt Cavusoglu à l'agence progouvernementale Anadolu, sans donner de détails sur l'auteur de l'attentat revendiqué par le groupe État islamique, qui était toujours en fuite mercredi.

>> À lire sur France 24 : Deux Français, rescapés de la fusillade, racontent l'attentat d'Istanbul

Les explications de Wassim Nasr, spécialiste des réseaux jihadistes

Mevlut Cavusoglu n'a pas donné l'identité du tueur. Mardi, les médias turcs annonçaient que la police était à la recherche d'un homme de 28 ans de nationalité kirghize.

Envoyé en Turquie

Selon Wassim Nasr, journaliste à France 24 et spécialiste des réseaux jihadistes, d’autres informations ont filtré dans la presse du pays : "Ce jihadiste était dans les rangs de l’État islamique. Il a voyagé vers la Turquie en novembre vers la ville de Konya, avant de rejoindre Istanbul. Ils disent qu’il avait rejoint Konya avec femmes et enfants pour justement déjouer la vigilance des autorités turques".

"Par rapport à la revendication du 2 janvier, on voyait déjà qu’il y avait une hiérarchie et un ordre donné directement à cet individu. Ce qui s’éclaircit de plus en plus quand on sait qu’il était dans les rangs de l’État islamique", précise notre journaliste.

"Nous dresser les uns contre les autres"

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s’est exprimé pour la première fois depuis l’attaque. Le but de l'attentat est de "nous dresser les uns contre les autres", a-t-il averti, mettant en garde contre un risque de "polarisation" après la publication de messages sur les réseaux sociaux critiquant le style de vie des personnes tuées dans la discothèque. "Le mode de vie de personne n'est menacé de façon systématique. Nous ne le permettrons pas", a également ajouté le chef de l’État.

Selon Anadolu, au moins 20 personnes, dont 11 femmes, soupçonnées de liens avec l'EI ont été arrêtées mercredi matin à Izmir, dans l'ouest de la Turquie. Des perquisitions menées dans leurs appartements ont notamment permis la découverte de lunettes de vision nocturne, de matériel militaire et de faux passeports, d'après l'agence de presse Dogan.

Les arrestations de mercredi portent à au moins 36 le nombre de personnes placées en garde à vue dans le cadre de l'enquête. Parmi elles, selon les médias turcs, figure notamment l'épouse de l'assaillant présumé.

L'agence de presse Anatolie a fait état d'une vingtaine d'arrestations dans le cadre de l'enquête.

Avec AFP et Reuters 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine