Accéder au contenu principal

À 105 ans, Robert Marchand établit un nouveau record mondial de vitesse

Robert Marchand au vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines après son nouveau record.
Robert Marchand au vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines après son nouveau record. Philippe Lopez, AFP

À 105 ans, le Français Robert Marchand n’a pas flanché. Le cycliste vétéran a parcouru 22,547 kilomètres en une heure, un nouveau record mondial.

Publicité

Il n’y a pas d’âge pour enfourcher son vélo. Du haut de son 1,50 m, Robert Marchand a réussi un nouvel exploit. Ce Français âgé de 105 ans a parcouru 22,547 km en une heure, mercredi 4 janvier, un record qui doit encore être homologué par les instances internationales.

"Ça va bien", a-t-il déclaré après plus de 90 tours de piste, entouré par une nuée de journalistes, se disant surpris d'être déjà arrivé. Sa performance, pour être homologuée par l'Union cycliste internationale (UCI), doit encore passer le cap des tests antidopage.

Sa tentative s’est déroulée au vélodrome national de Saint-Quentin-en-Yvelines, là même où il avait battu son propre record de l'heure il y a deux ans (26,927 km).

Il ne doute pas

Quel est son secret ? Il donne quelques astuces : "Toute ma vie j'ai fait du sport", "beaucoup de fruits et légumes", "pas trop de café", "pas de cigarettes", "très peu d'alcool".

La physiologiste et professeure d'Université Véronique Billat, qui le suit depuis ses 100 ans, complète : "Sa surface corporelle est petite, mais il a un cœur qui pulse autant de sang à la minute que celui de quelqu'un de plus grand. Son corps est super irrigué". Sa personnalité joue aussi : "Il a une forte détermination, il ne doute pas, il n'a pas peur de tenter des choses".

Pour Gérard Mistler, président de L'Ardéchoise, Robert Marchand est un "bel exemple pour l'humanité". "Cela aurait été dommage qu'il reste incognito dans son appartement de Mitry-Mory alors qu'il donne beaucoup de joie de vivre aux gens". La commune de Seine-et-Marne, près des pistes de Roissy, est le point de chute de Robert Marchand, après une vie commencée le 26 novembre 1911 à Amiens, et marquée par les deux conflits mondiaux, la Guerre Froide et des années à bourlinguer au Venezuela et au Canada.

Aux visiteurs de son modeste studio, l'ancien pompier de Paris (entre autres) qui "commence à prendre de la bouteille" n'hésite pas à montrer les exercices d'assouplissement auxquels il se plie tous les matins. Ou à faire une démonstration sur son appareil d'entraînement, le même que les coureurs du Tour de France.

"Va moins vite !", lance un copain cycliste, en haussant la voix pour se faire entendre.

Cette ouïe défaillante est l'un des rares maux dont souffre le centenaire, avec un peu de tension (son "seul cachet" quotidien) et des rhumatismes dans les mains qui le gênent pour tenir le guidon.

"Mais les jambes ça va bien", dit-il en pédalant toujours. Des tests ont montré qu'il avait gagné en vélocité, mais perdu en puissance.

Sans se départir de son rire, il explique ressentir depuis peu une forme de "déchéance". Il ne craint pas la mort, assure-t-il, seulement la paralysie.

En attendant, il roule.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.