Accéder au contenu principal

Disparition de Georges Prêtre, célèbre chef d'orchestre français et préféré de Maria Callas

À Vienne, Georges Prêtre a été le premier dirigeant invité, de 1986 à 1991, de l'orchestre Symphonique.
À Vienne, Georges Prêtre a été le premier dirigeant invité, de 1986 à 1991, de l'orchestre Symphonique. AFP

Chef d'orchestre préféré de la Callas, Georges Prêtre est décédé mercredi à 92 ans, après plus de soixante-dix ans d'une carrière étroitement associée à la Philharmonie de Vienne où il fut le seul Français à diriger le fameux concert du Nouvel An.

PUBLICITÉ

C'est la Société philharmonique de Vienne, dont il était membre d'honneur, qui a annoncé le décès de ce doyen des chefs d'orchestre encore en activité. Georges Prêtre s'est éteint mercredi 4 janvier à Navès, dans le sud-ouest de la France, où il vivait et possédait le château de Vaudricourt.

Jusqu'au début des années 2000, celui qui était l'interprète préféré du compositeur Francis Poulenc a été, avec Pierre Boulez, le plus demandé des maestros français. Plus connu à l'étranger qu'en France, cet enfant du nord de la France, né en 1924 à Waziers près de Douai, était encore programmé en 2017 à la Scala de Milan.

Fin 2015, ce fils de bottier confiait à l'AFP avoir eu le "déclic" à sept ans et demi en entendant une ouverture symphonique : "Ça m'a donné un choc. J'ai su que je voulais être musicien." "La direction d'orchestre ne s'apprend pas, affirmait-il. Mais j'aime toutes les musiques", ajoutait celui qui a d'abord appris le piano, puis la trompette.

Entré à 15 ans au Conservatoire de Paris, il se frotte après guerre au jazz, joué dans la capitale par les Américains. Ce passionné passe des concours et se fait embaucher à Marseille par Jean Marny, dont il épousera la fille, Gina, soprano. Sa carrière le mènera de l'Opéra de Paris, au Metropolitan Opera de New York en passant par la Scala de Milan et l'orchestre philharmonique royal de Londres. "C'est un géant de la musique qui disparaît aujourd'hui", a réagi le directeur de l'Opéra de Paris Stéphane Lissner.

Au programme de son dernier concert : Beethoven, Ravel, Offenbach, Strauss

À Vienne, il a été le premier dirigeant invité, de 1986 à 1991, de l'orchestre Symphonique, deuxième formation de la capitale à côté du célèbre orchestre Philharmonique. Lui qui confiait régulièrement "être Viennois" a également été le seul chef d'orchestre français à diriger le prestigieux concert du Nouvel An au pupitre du Philharmonique de Vienne à deux reprises, en 2008 et 2010. C'est dans la prestigieuse salle du Musikverein, temple de la musique classique où il a dirigé 177 concerts, qu'il a donna son dernier concert, en octobre avec au programme : Beethoven, Ravel, Offenbach, Strauss.

Parmi ceux qu'il a admirés, Maria Callas, dont il gardait un portrait grandeur nature près de son piano.  Mais dans sa vie personnelle, Georges Prêtre a vécu une "grande cassure" avec la mort de son fils, Jean-Reynald, en 2012. Le virtuose était aussi le père d'Isabelle, auteur de sa biographie, et grand-père d'un jeune homme devenu son manager.

Ceinture noire de judo, amateur d'équitation, il avait été décoré de la Légion d'honneur en France et de son équivalent en Autriche, la Croix d'honneur pour les sciences et les arts.

Avec AFP
 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.