Accéder au contenu principal

Donald Trump, star malgré lui des discours de Meryl Streep, Jimmy Fallon et Hugh Laurie aux Golden Globes 2017

Donald Trump taclé par Meryl Streep, Jimmy Fallon et Hugh Laurie aux Golden Globes 2017.
Donald Trump taclé par Meryl Streep, Jimmy Fallon et Hugh Laurie aux Golden Globes 2017. Joe Burbank/Orlando Sentinel/TNS via Getty Images

Dimanche soir à Los Angeles, Meryl Streep, Hugh Laurie ou encore Jimmy Fallon n’ont pas résisté à la tentation de profiter de la tribune que leur offraient les Golden Globes 2017 pour tacler Donald Trump.

PUBLICITÉ

Non, Donald Trump n’a pas cédé à l’envie irrépressible de live-tweeter la cérémonie des Golden Globes 2017. Et pourtant le futur nouveau président des États-Unis aurait sans doute eu des tas de choses à dire tant il a été, malgré lui, la star des discours de nombreux acteurs et actrices.

VOIR AUSSI : Isabelle Huppert et "Elle" sacrés, "La La Land" triomphe : le palmarès complet des Golden Globes 2017

L’animateur Jimmy Fallon, maître de cérémonie de cette 74e édition des Golden Globes, a donné le ton dès le début. Dans son monologue d’ouverture, l’Américain star de NBC a comparé Donald Trump au méchant roi Joffrey de "Game of Thrones" : "Beaucoup de gens se sont demandés à quoi cela ressemblerait si le roi Joffrey avait vécu. Hé bien dans douze jours, on le découvrira".

Jimmy Fallon a ensuite lancé que les "Golden Globes sont l’un des derniers endroits où le vote populaire compte toujours", et que les bulletins avaient été "comptabilisés par l’entreprise Ernst, Young and Putin", accolant donc aux huissiers d’Ernst and Young la participation de Vladimir Poutine, rapporte Variety. Une référence claire aux probables cyberattaques russes ayant influencé les résultats de l'élection présidentielle.

Meryl Streep remontée contre Trump

Mais l’animateur du "Tonight Show", déjà connu pour ses positions anti-Trump, n’a pas été le seul à défier le futur nouveau président des États-Unis. Meryl Streep – non récompensée pour son rôle dans "Florence Foster Jenkins" mais auréolée du prix spécial Cecil B. DeMille pour l’ensemble de sa carrière – a profité de son passage sur scène pour tacler Donald Trump. Mais signant la prouesse de ne jamais le citer.

"Si vous nous foutez tous dehors, vous n’aurez plus rien à regarder à part le football américain"

"Hollywood croule sous les étrangers et les outsiders, et si vous nous foutez tous dehors, vous n’aurez plus rien à regarder à part le football américain et les arts martiaux mixtes, qui ne sont pas de l’art (…) Vous tous dans cette salle appartenez aux segments les plus diabolisés de la société américaine en ce moment", a lancé Meryl Streep à un parterre d’acteurs et réalisateurs réunis au Beverly Hilton Hotel.

Un discours largement applaudi dans la salle mais qui n’a pas plu à tout le monde. Sur Twitter, la journaliste de Fox News Meghan McCain a posté : "Ce discours de Meryl Streep est le pourquoi de la victoire de Trump. Et si vous, les gens d’Hollywood, ne commencez pas à reconnaître pourquoi et comment cela a eu lieu, vous allez l’aider à être réélu".

Hugh Laurie sinistre

Hugh Laurie, connu pour son rôle dans "Dr. House", est monté dimanche sur la scène des Golden Globes pour recevoir le prix de "meilleur acteur dans un second rôle à la télévision" dans "The Night Manager". Et s’il a confié avec humour accepter ce trophée "au nom de tous les milliardaires psychopathes de ce monde", l’acteur a aussi plaisanté sur le fait qu’il s’agissait sans doute de la dernière édition des Golden Globes, organisés par l'Association de la presse étrangère d'Hollywood : "Je ne voudrais pas être sinistre mais il y a les mots ‘Hollywood’, ‘étranger’ et ‘presse’ dans le titre…".

Enfin, Isabelle Huppert, star française de cette 74e édition avec le trophée de "meilleur actrice dans un drame", a elle aussi participé à la rébellion anti-Trump déclarant : "Il y a des gens du monde entier dans cette salle, de Chine, d'Amérique, d'Europe. N'attendez pas du cinéma qu'il dresse des murs et des frontières". Un parallèle non dissimulé avec le projet de Donald Trump de construire un mur entre les États-Unis et le Mexique.

Maintenant on sait que ces quatre-là ne feront pas partie de la liste des invités de la cérémonie d’investiture de Donald Trump le 21 janvier prochain.

– Retrouvez aussi l'article de Saba Hamedy sur Mashable sur le discours clivant de Meryl Streep.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.