Accéder au contenu principal

Une marée humaine dans les rues de Téhéran pour les funérailles de l'ex-président Rafsandjani

La foule assiste au passage du convoi transportant le cercueil d'Akbar Hachemi Rafsandjani à Téhéran le 10 janvier 2017.
La foule assiste au passage du convoi transportant le cercueil d'Akbar Hachemi Rafsandjani à Téhéran le 10 janvier 2017. Atta Kenare, AFP

Des centaines de milliers de personnes ont assisté mardi 10 janvier à Téhéran aux funérailles nationales de l'ancien président iranien Akbar Hachemi Rafsandjani, un pilier de la République islamique, mort dimanche à 82 ans.

Publicité

Des centaines de milliers d'Iraniens ont accompagné mardi 11 janvier à Téhéran  Akbar Hachemi Rafsandjani jusqu'à sa dernière demeure, le mausolée où se trouve la tombe du père de la République islamique, l'imam Khomeiny, dont l'ex-président était proche.

Le turban blanc de l'ancien président et une photo de lui avaient été placés sur son cercueil, installé sur un camion qui a avancé lentement au milieu de la foule impressionnante en direction du mausolée.

Les funérailles nationales avaient débuté plus tôt, dans une atmosphère grave, à l'université de Téhéran en présence du guide suprême Ali Khamenei, qui a prononcé "la prière du mort" de celui qui fût son opposant.

Des personnalités politiques et militaires de tous bords étaient également présentes à l'université de Téhéran. Parmi elles, le président considéré comme modéré Hassan Rohani et le général Ghassem Souleimani, chef des opérations extérieures des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite iranienne.

Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montraient dans les rues de Téhéran des petits groupes de manifestants scandant des slogans en faveur de l'opposant Mir Hossein Moussavi, l'un des chefs du mouvement de protestation de 2009 contre la réélection de l'ex-président ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad, violemment réprimé par les autorités. Hachemi Rafsandjani avait soutenu les protestations de 2009 et le Mouvement vert a officiellement appelé ses partisans à se rendre à ses obsèques.

Mohammad Khatami, grand absent de ces funérailles

D'autres petits groupes scandaient également des slogans en faveur de l'ex-président réformateur Mohammad Khatami, qui a été un proche allié de Hachemi Rafsandjani pour former une alliance entre réformateurs et modérés, qui a permis en 2013 l’élection de l’actuel président modéré Hassan Rohani.

Mohammad Khatami aura été le grand absent de ces funérailles nationales, auxquelles il lui a été interdit d’assister : l’ancien président reste sous surveillance et les médias ont interdiction de publier ses déclarations et des photos de lui.

La mort de Hachemi Rafsandjani est un coup dur pour le camp réformateur et modéré. L'ex-président, qui dirigeait le Conseil de discernement du régime, chargé notamment de conseiller le guide suprême, était un fin politique bénéficiant de réseaux d'influence à travers tout le pays. L'ayatollah Khamenei devra très vite nommer son successeur à la tête du Conseil de discernement. L'orientation politique de ce nouveau dirigeant sera déterminante pour l'équilibre du pouvoir au sein des institutions, pour la plupart contrôlées par les conservateurs.

À l'approche de l'élection présidentielle, en mai, sa mort constitue une perte importante pour le président Rohani, qui était son protégé et devrait briguer un second mandat de quatre ans. Récemment, Hachemi Rafsandjani avait indiqué être "confiant" dans sa réélection pour un dernier mandat.

En mai 2016, estimant que grâce à l'élection de Hassan Rohani l'Iran avait été remis sur le droit chemin après avoir failli dérailler sous l'ère Ahmadinejad, il avait déclaré : "Maintenant je peux mourir en paix".

Avec AFP
 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.