Accéder au contenu principal

Lilas Merbouche, celle qui n'a pas eu besoin du bac pour devenir responsable à la Web@cadémie

Lilas Merbouche a été major de sa promo. Elle a raconté à Mashable FR comment la programmation informatique est devenue une évidence.
Lilas Merbouche a été major de sa promo. Elle a raconté à Mashable FR comment la programmation informatique est devenue une évidence. DR

Elle faisait partie de la Web@cadémie en 2012, elle est aujourd'hui responsable pédagogique de la formation "Ambition féminine" de l'école de la deuxième chance qui forme des développeurs. Lilas Merbouche a convoqué Mashable FR dans son bureau.

Publicité

Spoiler : Elle n'avait pas un air sévère caché derrière des petites lunettes rondes et ne sentait absolument pas la naphtaline.

VOIR AUSSI : Colo #Digigirlz: des jeunes filles en réseaux d'éducation prioritaire sont initiées au code

À l'âge de 27 ans, Lilas Merbouche n'a pas volé sa nouvelle casquette de responsable pédagogique. Au contraire, son parcours a tout de celui d'une battante, et surtout, il faudrait dérouler son CV dans le dictionnaire, sous l'entrée "Talent révélé". Ça n'existe pas ? Alors il faudrait l'inventer pour elle.

"C'était elle, la plus forte"

Sans le bac en poche, la jeune femme a longtemps écumé les petits boulots mal payés. Jusqu'au jour où elle tombe sur une annonce pour une formation gratuite de 2 ans pour apprendre à développer. C'est le lancement de la WebAcadémie en 2012, cette école de la deuxième chance lancée par Zup de Co et Epitech en partenariat avec Microsoft France. À ce moment-là, elle n'a aucune base en code. "Mais il était possible d'apprendre from scratch (en partant de rien), alors j'ai tenté ma chance".

D'un ton calme trahissant sans doute une petite timidité (et qu'importe, puisqu'avoir la voix qui porte n'est pas un prérequis pour maîtriser les langages HTML et PHP), Lilas Merbouche nous raconte alors comment la programmation informatique est devenue une évidence.

Repérée par Xavier Niel

Qui aurait pu le deviner ? Pas nécessairement à l'aise avec l'enseignement de matières classiques tel qu'il se pratique sur les bancs de l'école, la jeune femme a tout de suite accroché avec l'état d'esprit de la programmation. "C'était elle, la plus forte. Elle ne le fera jamais alors je vais vous le raconter à sa place : Lilas a été major de sa promo, et lors d'un hackathon organisé à Epitech, elle a même battu tous les autres élèves de l'école", s'enthousiasme Sophie Viger, directrice de la WebAcadémie. 

"Xavier Niel m'a proposé de rejoindre ses équipes"

Jeune pousse dont l'aisance informatique n'a échappé à personne, Lilas Merbouche se retrouve même embrigadée par le père Niel. "Normalement, après une année de formation à la WebAcadémie, on a la possibilité de partir en stage chez Microsoft. Mais Xavier Niel m'a proposé de rejoindre ses équipes, alors puisqu'il a fait l'effort de venir me chercher, je me suis dit que ce n'était pas une proposition que je pouvais refuser...", poursuit Lilas Merbouche.

VOIR AUSSI : Hack, code, cybersécurité: où sont les femmes ?

Elle travaillera chez Free pendant un peu plus de 2 ans, avant de rejoindre le groupe Melty en tant que développeuse full-stack pendant un an et demi. Aujourd'hui, Lilas Merbouche est revenue là où tout a commencé : à la WebAcadémie, pour encadrer le lancement de la promo "Ambition féminine". Une promo qui fait la part belle aux profils féminins... sans être non-mixte pour autant.

80 % de filles, 20 % de garçons

Car habituellement, dans les écoles du secteur numérique, il y a environ 80 % de garçons pour 20 % de filles. "On a voulu inverser la tendance", explique Béatrice Matlega, responsable politique de citoyenneté chez Microsoft France. Dans cette formation de la deuxième chance, l'objectif est de former des élèves aux différents langages informatiques. Ils ont entre 19 et 29 ans, et sont tous arrivés dans cette salle de l'ISEG (dans Le Marais à Paris) par des moyens différents.

[scald=36669:article_details {"additionalClasses":""}]

Il y a par exemple Fara, 25 ans, qui après une année de médecine, a décidé de se réorienter. "J'ai encore plein de choses à apprendre, mais ce que j'aime dans le code, c'est que ça oblige autant à être créatif que logique", nous raconte-t-elle.

VOIR AUSSI : Margaret Hamilton et Grace Hopper, deux pionnières de la tech décorées par Barack Obama

Ou encore Niakale, 28 ans, qui cherchait du travail après son bac en sciences médico-sociales et sa mission dans une association pour enfants, et a entendu dire qu'il y avait "beaucoup de postes de développeurs à pourvoir". Mais il y a aussi Yoan, 19 ans, qui a passé un bac pro maintenance automobile et s'est rendu compte que ses quelques bases en HTML / CSS pouvaient peut-être l'emmener ailleurs ; et Thara, 24 ans, qui a un BTS en communication et s'est retrouvée à s'occuper de la communication en ligne d'une blogueuse, pour qui elle "bidouillait des trucs sur Wordpress" avant de vouloir se perfectionner.

Apprendre à chercher par soi-même

Comme dans la promo WebAcadémie classique, l'idée de cette formation est de sélectionner un groupe de personnes dont les compétences en Web ne demandent qu'à être approfondies. Après quelques tests passés en ligne sur Codecademy.com, la réalisation d'un site Internet et sa présentation devant un jury, les plus doués sont retenus pour une phase de "piscine", plusieurs semaines d'apprentissage intensif de 8h à 23h. "On donne tout... J'ai même plusieurs fois dormi à l'école, avec un sac de couchage", se souvient joyeusement Yoan.

Actuellement, les 19 filles et 4 garçons travaillent sur la création de sliders en java. La semaine prochaine, on leur assignera une autre mission. "On leur donne à chaque fois un projet et c'est eux qui avancent à leur rythme. S'ils coincent, on leur souffle des pistes mais jamais on ne leur livre la réponse toute faite", explique Lilas Merbouche. Elle poursuit : "Ici, on apprend à chercher, par soi-même", conclut celle qui était à leur place il y a à peine quatre petites années. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.