Accéder au contenu principal

L'EI lance une offensive majeure contre Deir Ezzor

Une image de propagande de l'Etat islamique
Une image de propagande de l'Etat islamique Albaraka news, AFP

L'organisation de l'Etat islamique mène, depuis ce week-end, une offensive d'ampleur contre les positions de l'armée syrienne dans la ville de Deir Ezzor, tentant d'isoler la partie de la ville sous contrôle gouvernemental.

Publicité

L'organisation État Islamique (EI) a réussi, lundi 16 janvier, à isoler l'aéroport militaire de Deir Ezzor du reste des quartiers gouvernementaux de la ville, dans l'est de la Syrie, lors de combats particulièrement violents qui ont fait des dizaines de morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

Les jihadistes ont réalisé cette avancée au troisième jour d'une attaque massive lancée contre ce secteur qui est le dernier à leur échapper dans toute la province de Deir Ezzor, proche de l'Irak et riche en gaz et en pétrole.

"Les terroristes de Daech (acronyme arabe de l'EI) ont coupé la route entre les quartiers de Deir Ezzor et l'aéroport militaire", a affirmé la télévision officielle syrienne.

Une source militaire syrienne a indiqué à l'AFP que l'EI avait attaqué et pris le contrôle des positions de l'armée situées à l'ouest de l'aéroport, coupant ainsi la route reliant celui-ci à la ville. Elle a toutefois précisé que les unités de l'armée menaient une contre-offensive pour tenter de reprendre les positions perdues. 

L'EI "a resserré le siège sur les quartiers contrôlés par le régime à l'intérieur de la ville", a indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH, en précisant que les jihadistes avaient réussi à diviser les zones sous le contrôle du régime en deux parties.

Campagne de frappes du régime

Cette offensive lancée samedi est la plus importante du groupe djihadiste depuis un an sur cette zone dont il contrôle de larges secteurs depuis 2014, en dépit d'une importante campagne de frappes menée par des avions du régime de Bachar al-Assad. Le secteur gouvernemental, situé dans l'ouest et où habitent encore 200 000 personnes selon l'ONU, est assiégé depuis janvier 2015.

L'EI est exclu de l'accord de trêve entré en vigueur le 30 décembre entre rebelles syriens et le régime syrien, parrainé par la Russie et la Turquie. Ce cessez-le-feu doit ouvrir la voie à des négociations entre rebelles et régime prévues le 23 janvier au Kazakhstan pour tenter de trouver une solution au conflit qui a fait plus de 310.00 morts en près de six ans.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.