Accéder au contenu principal

Mali : des dizaines de morts dans un attentat contre un camp militaire à Gao

Des soldats dans les rues de Gao, le 12 juillet 2016.
Des soldats dans les rues de Gao, le 12 juillet 2016. Souleymane Ag Anara, AFP

Une cinquantaine de personnes sont mortes et de nombreuses autres ont été blessées, mercredi, dans un attentat-suicide contre un camp militaire de Gao, dans le nord du Mali.

Publicité

L’explosion d’un véhicule dans un camp militaire à Gao, non loin de l'aéroport, dans le nord du Mali, mercredi 18 janvier, a tué plusieurs dizaines de personnes. L'attentat-suicide a également fait de nombreux blessés.

"Un kamikaze a attaqué un camp" de regroupement d'ex-rebelles à dominante touareg et de membres des groupes armés progouvernementaux à Gao, a affirmé à l'AFP une source militaire au sein de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma).

Le gouvernement malien fait état d'au moins 42 morts, ainsi que 115 blessés, alors que l'ONU évoque au moins 50 décès.

 

"Le véhicule qui a explosé était un 4X4 peint aux couleurs du MOC (le Mécanisme opérationnel de coordination, NDLR) ce qui explique sans doute qu'il ait pu tromper la ‘vigilance’ de la garde à l'entrée du camp militaire", a indiqué une source à France 24, qui avance par ailleurs une soixantaine de blessés dont certains dans un état très grave. L'explosion s'est produite à l'heure du rassemblement, d’où le nombre élevé de victimes d’après cette source.

Le camp abrite des troupes gouvernementales ainsi que les membres de divers groupes armés, qui effectuent ensemble des patrouilles mixtes dans la ville, en vertu d'un accord de paix soutenu par les Nations unies.

>>  Mali : la sécurité à l'agenda du 27e sommet Afrique-France

Un deuil national de trois jours a été décrété par le président malien Ibrahim Boubacar Keïta.

À Paris, le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux a déploré un "attentat majeur avec une symbolique forte". "Cette attaque suicide" vise "ceux qui sont en train de préparer la mise en place de ces patrouilles mixtes, de la mise en oeuvre des accords d'Alger de façon très concrète sur le terrain et dont certains ne veulent pas", a estimé le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault, mercredi, dans l'émission "Questions d'Info".

Avec AFP et Reuters
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.