Accéder au contenu principal
Le débat

Lanceurs d'alerte : un risque, à quel prix ? (partie 2)

À quelques jours de son départ de la Maison Blanche, Barack Obama a annoncé la libération de Chelsea Manning. Cet ancien informateur de Wikileaks voit ainsi sa peine commuée sur décision présidentielle. Les défenseurs de la liberté d'expression applaudissent cette décision, mais le camp républicain, et notamment le sénateur John McCain, déplore une "grave erreur", qui risque "d'encourager d'autres actes d'espionnage".

PUBLICITÉ

Une émission préparée par Anthony Saint-Léger, Elise Duffau, Bacem Chebbi et Julie Jargaud.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.