Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Cotisations sociales : la machine à redistribuer

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Cellou Dalein Diallo chef de l'opposition est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Royaume-Uni - Brexit : Quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Projet d'accord sur le Brexit : Theresa May, une première ministre bien isolée

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'avenir incertain de la démocratie libérale

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans le nord, sur la route de l’Art déco

En savoir plus

TECH 24

Audrey Tang, la hackeuse taïwanaise devenue ministre

En savoir plus

Afrique

Adama Barrow investi président à Dakar, l'intervention militaire en Gambie suspendue

© Présidence sénégalaise, AFP | Le président gambien Adama Barrow a prêté serment à l'ambassade gambienne à Dakar.

Texte par Rémi CARLIER

Dernière modification : 20/01/2017

Adama Barrow a prêté serment comme président de la Gambie, jeudi, depuis le Sénégal, alors que Yahya Jammeh continue de s'accrocher au pouvoir. L'intervention en Gambie a été suspendue pour une dernière médiation.

La Gambie a officiellement un nouveau président. Adama Barrow, 51 ans, a prêté serment, jeudi 19 janvier, à l’ambassade gambienne de Dakar, au Sénégal. Le mandat du chef de l'État sortant Yahya Jammeh, qui refuse de lui céder le pouvoir, a expiré mercredi à minuit.

Les pays impliqués dans l'intervention militaire entamée en Gambie pour contraindre le président sortant Yahya Jammeh à céder le pouvoir, l'ont suspendue jeudi soir pour donner une dernière chance aux efforts de médiation, mais la reprendront s'ils échouent, a fait savoir la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest
(Cédéao). Il est hors de question que Jammeh soit autorisé à rester dans son pays, mais, si la médiation réussit, il pourra s'exiler dans celui de son choix, a déclaré à la presse, Marcel de Souza, président de la Commission de l'organisation, évoquant une
possible amnistie.

Plus tôt jeudi, le Conseil de sécurité des Nations Unies avait apporté son soutien à l'unanimité aux initiatives menées par la Cédéao pour pousser le président sortant à quitter le pouvoir. Une résolution préparée par Dakar a ainsi obtenu le soutien des quinze membres du Conseil, y compris celui de la Russie, qui a néanmoins souligné que ce texte n'autorisait pas formellement une intervention militaire en Gambie.

Jeudi après-midi, les troupes sénégalaises, déployées aux frontières avec la Gambie en vue d'une opération ouest-africaine pour assurer la passation de pouvoir, étaient entrées sur le sol gambien, selon un porte-parole de l'armée. "L'ensemble des moyens, terre, air et mer" des forces de la Cédéao mobilisées pour cette opération, a été engagé, avait alors précisé à l'AFP un autre responsable de l'armée sénégalaise, affirmant que des militaires du Nigeria, du Ghana, du Togo et le Mali étaient également impliqués.

"C'est un jour qu'aucun Gambien n'oubliera jamais"

L'armée nigériane effectuait, par ailleurs, jeudi après-midi, des vols de reconnaissance au-dessus de la capitale gambienne. "Nos forces aériennes sont actuellement au-dessus de la Gambie", a confirmé à l'AFP Ayodele Famuyiwa, porte-parole de l'armée de l'air nigériane, ajoutant qu'elles "ont les capacités d'attaquer", si Yahya Jammeh ne cède pas le pouvoir. Le Ghana a, de son côté, donné jeudi son accord pour déployer, en cas de besoin, 205 militaires en Gambie.

"C'est un jour qu'aucun Gambien n'oubliera jamais", a déclaré Adama Barrow dans son discours d'investiture, retransmis par la télévision nationale sénégalaise. "Des circonstances exceptionnelles me forcent à prêter serment ici aujourd’hui", a-t-il ajouté.

L'entourage d’Adama Barrow, accueilli depuis le 15 janvier au Sénégal en attendant sa prise de fonctions, prévoyait initialement une cérémonie dans un stade de Banjul, la capitale gambienne. Une idée abandonnée face à l'opposition du président sortant Yahya Jammeh. Ce dernier a en outre décrété, mardi, l'état d'urgence, validé pour 90 jours par l'Assemblée nationale dominée par son parti.

"J’appelle tous les membres des forces de sécurité de rester loyales à la Constitution. J'ordonne sans délai […] à tous les éléments des forces armées de rester dans leurs casernes. Ceux qui refusent ou porteront des armes à feu sans mon accord seront considérés comme des rebelles", a menacé le nouveau président gambien.

Tard mercredi soir, le chef de l'armée gambienne, le général Ousman Badjie, a déclaré à des Occidentaux dans un secteur touristique près de Banjul qu'il n'ordonnerait pas à ses hommes de résister, en cas d'intervention des troupes africaines. "Ceci est une dispute politique", a-t-il dit, ajoutant : "Je ne vais pas impliquer mes soldats dans un combat stupide".

Jammeh au pouvoir depuis 1994

Malgré les pressions internationales et le fait qu'il ait été abandonné au fil des jours par plusieurs de ses ministres et la vice-présidente, Yahya Jammeh, au pouvoir depuis 1994, s'obstine à demeurer en place, tant que la justice n'aura pas statué sur ses recours électoraux déposés depuis décembre.

Aucun chef d’État africain ne s’est rendu à la cérémonie d'investiture. Étaient présents, en revanche, le Premier ministre sénégalais, Mahammed Boun Abdallah Dionne , le président de la Commission de la Cédéao, Marcel Alain de Souza, le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU en Afrique de l’Ouest, le Ghanéen Mohamed Ibn Chambas, et des représentants des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU et de cinq membres non permanents (Sénégal, Italie, Espagne, Éthiopie, Égypte).

À Banjul, des centaines de Gambiens, rejoints par le chef d'état-major des armées, se sont précipités jeudi dans les rues de la capitale pour célébrer l'investiture d'Adama Barrow.

À Westfield, un faubourg de Banjul, des grappes de jeunes hurlaient et chantaient en se penchant hors de véhicules en circulation. Et c'est dans ce quartier réputé bastion de l'opposition qu'un journaliste de l'AFP a pu voir le général Ousman Badjie, considéré jusque récemment comme un pilier du régime du président sortant, se joindre à la foule pour célébrer l'événement.

Avec AFP et Reuters

 

Première publication : 19/01/2017

  • GAMBIE

    Des troupes d'Afrique de l'ouest "prêtes à intervenir" à la frontière gambienne

    En savoir plus

  • GAMBIE

    "Les Sénégalais ont intérêt à travailler avec le nouveau pouvoir gambien"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)