Accéder au contenu principal
RUSSIE

Vladimir Poutine souhaite rencontrer Donald Trump "dans les prochains mois"

Vladimir Poutine est "prêt" à rencontrer le nouveau président des États-Unis.
Vladimir Poutine est "prêt" à rencontrer le nouveau président des États-Unis. AFP
2 mn

Le président russe, Vladimir Poutine, est prêt à rencontrer son homologue américain Donald Trump, a annoncé samedi à la BBC le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Publicité

On sait Donald Trump disposé à rompre avec la méfiance américaine vis-à-vis de la Russie. Le 45e président des États-Unis en aura peut-être bientôt l'occasion. Samedi 21 janvier, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a affirmé à la BBC que le président russe Vladimir Poutine était "prêt" à rencontrer son nouvel homologue américain.

Il faudra cependant plusieurs mois pour préparer une telle rencontre, a prévenu le représentant du Kremlin. "Cela ne se produira pas dans les semaines à venir, espérons, qu'au mieux, cela se produira dans les mois à venir", a déclaré Dmitri Peskov.

La Russie accusé d'avoir manœuvré pour installer Trump

Certains adversaires du nouveau président américain l'accusent d'avoir bénéficié du soutien de Moscou pour accéder à la Maison Blanche. Le Kremlin est soupçonné d'avoir encouragé le piratage de la campagne électorale démocrate pour déstabiliser Hillary Clinton et fausser le résultat de l'élection du 8 novembre.

>> À Washington, une Amérique divisée investit son nouveau président

La Russie réfute ces accusations et affirme que le Parti démocrate se sert de ces soupçons de piratage pour justifier sa défaite.

Vladimir Poutine et son entourage ont à plusieurs reprises fait l'éloge de Donald Trump, espérant que ce dernier mettra fin aux sanctions qui visent la Russie et plusieurs personnalités russes en raison du rôle supposé de Moscou dans le conflit dans l'est de l'Ukraine.

Dmitri Peskov a toutefois prévenu qu'il serait vain d'espérer que les relations américano-russes puissent échapper à la contradiction et aux conflits.
"Nous sommes effectivement les deux plus grandes nations du monde. Et nous ne pouvons pas vivre sans frictions, conflits d'intérêts", a souligné le porte-parole du Kremlin, cité samedi par l'agence Interfax.

Reuters
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.