Accéder au contenu principal
ÉTATS-UNIS

Donald Trump enterre l'accord de libre-échange TPP et s'attaque à l'avortement

Le président américain Donald Trump dans le Bureau ovale de la Maison Blanche, le 20 janvier 2017.
Le président américain Donald Trump dans le Bureau ovale de la Maison Blanche, le 20 janvier 2017. Jim Watson, AFP
|
Vidéo par : Ethan HAJJI
3 mn

Le président américain Donald Trump a signé, lundi, une ordonnance retirant son pays de l'accord de libre-échange TPP, ainsi qu’un décret interdisant le financement par des fonds fédéraux d’ONG internationales soutenant l’avortement.

Publicité

Donald Trump marque davantage la rupture avec son prédécesseur Barack Obama. Quelques jours après son investiture, Donald Trump a signé lundi 23 janvier une ordonnance (executive order) appelant à une renégociation du Partenariat transpacifique (TPP).

>> À lire : Annonces de Donald Trump – les silences qui en disent long

Le Partenariat transpacifique, signé l'an dernier par 12 pays d'Amérique et d'Asie dont les États-Unis, mais pas encore ratifié, vise à créer une zone de libre-échange dans la région Asie-Pacifique. En vertu de ses règles de ratification, le retrait des États-Unis signifie qu'il ne pourra pas entrer en vigueur.

FR NW GRAB Q1 GALLAGH 23H

Trump va s'engager simultanément à lancer, sur une base bilatérale, des négociations commerciales avec les 11 autres pays signataires du TPP.

Le nouveau président pourrait parallèlement remettre en cause le programme "DACA", mis en place par Barack Obama en 2012 et qui a permis à plus de 750 000 clandestins arrivés jeunes sur le territoire d'obtenir des permis de séjour et de travail.

Un décret anti-avortement

Aussitôt aux commandes, Donald Trump s’est aussi attaqué à l’avortement. Le nouveau président américain a signé un décret interdisant le financement d'ONG internationales qui soutiennent l'IVG. Il a pris cette mesure au lendemain du 44e anniversaire de "Roe V. Wade", l'arrêt emblématique de la Cour suprême qui a légalisé l'avortement en 1973 aux États-Unis, et deux jours après que des millions d'Américaines ont manifesté pour leurs droits.

Cette décision a provoqué immédiatement des condamnations d’organisations progressistes et de défense des femmes.

"Les femmes les plus vulnérables dans le monde vont souffrir de cette politique, qui va saper des années d'efforts en faveur de la santé des femmes", a dénoncé Cecile Richards, la présidente de Planned Parenthood, le plus grand réseau de planning familial des États-Unis. "Cela va provoquer des fermetures de cliniques dans le monde entier, avec pour corollaire une augmentation des grossesses non désirées et des avortements dangereux", a-t-elle averti en appelant au "combat".

À l'opposé, les associations "Pro Life", qui militent contre l'avortement, ont félicité Donald Trump pour son initiative. "Il s'agit d'une étape cruciale sur la voie pour rendre sa grandeur à l'Amérique", a jugé Tony Perkins, président de l'organisation conservatrice Family Research Council, en reprenant le slogan du milliardaire.

Avec Reuters et AFP
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.