Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

JP Bimeni : premier album épicé d'une voix burundaise de l'exil

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Antonio Guterres et Audrey Azoulay sondent les futurs défis à la paix

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Italie : budget provocateur ou déficit démocratique ?

En savoir plus

L’invité du jour

Pédophilie : "Une catastrophe pour les victimes, une catastrophe pour l’Église"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Juncker : "Ce n'est pas le président des États-Unis qui fixe nos agendas"

En savoir plus

LIGNE DIRECTE

Ces Tunisiens qui se mobilisent pour sauver leur patrimoine

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"Porochenko n'est pas un tsar, contrairement à Poutine"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L'appel d'Emmanuel Macron à sécuriser le cyberespace

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Cyberattaques: "la nouvelle guerre froide"

En savoir plus

Découvertes

Donald Trump et son équipe remportent le prix de la photo la plus machiste

© AP | "Avec tous mes copains, on est contre l'avortement"

Texte par Émilie LAYSTARY

Dernière modification : 24/01/2017

L'espace d'une seconde, vous avez oublié pourquoi Trump était nocif pour les droits des femmes aux États-Unis ? Voici la photo qui va vite vous rafraîchir la mémoire.

Lundi 23 janvier, le président américain s’est entouré de hauts responsables anti-avortement, parmi lesquels le vice-président Mike Pence.

VOIR AUSSI : En Irlande du Nord, les femmes qui avortent risquent toujours la prison

Tous ensemble, entre bros opposés à l'odieuse, l'infâme, l'insoutenable idée qu'une femme puisse disposer de son propre corps, ils ont été photographiés lors de la signature d'un décret interdisant le financement, par de l’argent fédéral, d’ONG internationales qui soutiennent l’avortement ou militent pour le légaliser.

Ironie de l'Histoire : cette scène absurde (même par démagogie, on ne peut s'empêcher de penser qu'un responsable de la communication aurait pu avoir le cynisme de placer quelques femmes de l'administration autour de la table) intervient trois jours après la Women's March, grande manifestation à Washington (mais aussi ailleurs dans le monde) pour protester contre inégalités les hommes-femmes.

Une mesure de Ronald Reagan

Cette mesure avait été prise sous Ronald Reagan, puis annulée par Bill Clinton. Ensuite, c'était au tour de George W. Bush de la remettre en place, jusqu'à ce que Barack Obama l'annule une nouvelle fois. 

Comme l'ont fait remarquer de nombreux internautes, la scène a tout du grotesque d'une situation qui consisterait à laisser à des individus (ici, des hommes) décider arbitrairement du sort d'autres individus (des femmes, donc).

Sachant que Donald Trump souhaite également nommer à la tête de la Cour suprême un juge connu pour être farouchement opposé à l’avortement, certains craignent déjà l'annulation de "Roe V. Wade", l’arrêt américain qui a légalisé l’avortement en 1973. Surtout, le Républicain n'a pas hésité à s'entourer d'un certain nombre de hauts responsables "pro-life".

[scald=37070:article_details {"additionalClasses":""}]

Le fait que le nouveau président a été si prompt à signer ce décret en dit long sur les priorités qu'il compte donner à son mandat. Outre-Atlantique, cette situation inquiète fortement une grande part de la société, surtout sa frange progressiste.

La conséquence, "c'est que ce sont les femmes les plus vulnérables qui souffriront directement de ce choix politique, qui vient saper des années et des années d'effort en matière de santé publique pour les femmes", a alerté Cecile Richards, la présidente de Planned Parenthood, réseau de planning familial américain, sur Twitter.

– Retrouvez l'article de Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 24/01/2017