Accéder au contenu principal

La communauté catholique divisée sur les questions d’immigration, selon une étude

La communauté catholique française se divise sur les questions d'immigration, selon une étude.
La communauté catholique française se divise sur les questions d'immigration, selon une étude. Anne-Christine Poujoulat, AFP

Une étude d'Ipsos met en lumière les divisions au sein de la communauté catholique, notamment au sujet de l’immigration. Elle révèle que les fidèles les plus pratiquants sont les moins hostiles à l’accueil des migrants et au discours du Pape.

PUBLICITÉ

Le débat sur l’accueil des migrants fait rage au sein de la communauté catholique. Depuis des mois, les drames font la une des médias et la question de l’accueil des migrants divise les catholiques français, révèle une étude sociologique d’Ipsos pour le quotidien La Croix et l’hebdomadaire Pèlerin, parue au début janvier.

L'étude, qui confirme ces dissensions chez les fidèles, montre également un ancrage à droite et révèle "que même si les catholiques sont plus réticents au vote FN que le reste des Français, ce parti tend quand même à se banaliser parmi eux", notent les auteurs.

Perte d’identité

Selon Erwan Le Morhedec, avocat de son métier et influent blogueur chrétien, "il y a chez certains chrétiens un sentiment d’insécurité culturelle". L’auteur du livre "Identitaire : le mauvais génie du christianisme", paru aux éditions du Cerf, estime en effet que "les catholiques ont le sentiment de voir leur monde leur échapper".

En cause, notamment, la légalisation du mariage homosexuel, le débat sur l’euthanasie ou encore les polémiques sur les crèches de Noël dans les mairies… Autant de questions de société qui ont donné lieu à des échanges houleux et ont contribué à provoquer crispation et méfiance chez les catholiques. Dans ce contexte, l’arrivée des migrants en Europe est un élément supplémentaire, qui participe à ce malaise identitaire ressenti par certains fidèles.

L’enquête d’Ipsos dresse un portrait complexe de ces "catholiques engagés", qui représentent à l’échelle nationale, 23,4 % de la population française âgée de 18 ans et plus, soit 11,8 millions de personnes.

Parmi les enseignements de l’étude, il ressort que sur la question migratoire, 49 % des personnes interrogées disent vouloir "accueillir tous" les migrants, alors que 37 % estiment au contraire qu’ils constituent une "menace pour l’Europe". L’enquête révèle aussi que les plus pratiquants sont les plus favorables à l’accueil des migrants, alors que ceux faiblement engagés dans la religion y sont très hostiles.

Cette dernière catégorie de catholiques est d’ailleurs celle qui prend le plus ses distances avec les propos du Pape, qui s’est plusieurs fois exprimé en faveur de l’accueil des migrants. Cette frange des fidèles reste "très visible mais toutefois minoritaire", tient à préciser Erwan Le Morhedec. "Les propos du Pape les moins acceptés sont ceux sur les migrants", alors qu’en réalité et de manière générale le souverain pontife "reçoit plus ou moins 80 % d’approbation", souligne l’essayiste.

Ces réticents à la direction prise par le Pape estiment qu’il faut distinguer la charité de la politique et du phénomène collectif. Il leur paraît plus légitime et prioritaire de protéger la culture du pays. Or, l’avocat rappelle que "la réaction spontanée des chrétiens devrait être de venir en aide aux migrants. On devrait avoir une attitude d’accueil et de charité. Mais, malheureusement, certaines convictions politiques prennent le dessus. La montée de l’extrême droite n’y est pas étrangère".

Instrumentalisation du Front national

Dans son livre, Erwan Le Morhedec explique comment les mouvements identitaires d’extrême droite utilisent le malaise de certains catholiques face à la crise migratoire et à l’enracinement de l’islam. Les peurs de certains chrétiens sont ainsi instrumentalisées par le Front national à des fins électorales. La théorie du "grand remplacement" développée par les milieux d’extrême droite, selon laquelle les Français pourraient bientôt être évincés démographiquement par des peuples non européens, trouve ainsi un écho favorable.

En octobre 2016, l’affiche de Robert Ménard, maire de Béziers et proche de Marine Le Pen, en est un exemple flagrant. La photo, qui représente des hommes barbus devant la cathédrale Saint-Nazaire de Béziers avec la phrase : "Ça y est, ils arrivent. Les migrants dans notre centre-ville", a "légitimé l’idée selon laquelle les migrants montent à l’assaut de la chrétienté et de la culture française", pense Erwan Le Morhedec.

Or le Front national n’a pas une position claire sur la religion et entretient le paradoxe. Marine Le Pen et Florian Philippot n’ont absolument pas le même avis que Marion Maréchal Le Pen sur le sujet. Tandis que la présidente du FN est plutôt hostile à la religion et souhaite interdire tous signes religieux visibles dans l’espace public, sa nièce s’est elle plusieurs fois affichée avec des représentants de l’Église catholique.

Quand la fachosphère s’en mêle

Sur Internet, les sympathisants du parti frontiste sont aussi très actifs. De nombreux sites ou comptes personnels délivrent chaque jour de fausses informations, qui entretiennent l’angoisse ressentie par certains courants catholiques. Erwan le Morhedec se dit, d’ailleurs, profondément choqué de ce qu’il a pu lire sur Internet, notamment de la part de certains de ses proches, peu de temps après la publication de la photo du petit Aylan Kurdi, l’enfant kurde originaire de Syrie mort sur une plage turque en septembre 2015. Beaucoup de sites se sont engouffrés dans la brèche et ont multiplié les billets discréditant le père de l’enfant. "Je me suis dit : quelle belle image donnée par les cathos !", souffle Erwan Le Morhedec. "Le problème est que plus on s’enferme dans cette angoisse et ces peurs, plus on se retrouve dirigé vers ces sites", constate-t-il.

Pour contrer ces idées reçues, le blogueur chrétien s’attèle à rappeler sans cesse les valeurs défendues dans le Nouveau et l'Ancien Testament. "Certains essayent de justifier le recours à la violence et passent ainsi sous silence le sens véritable du christianisme", constate-t-il.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.