Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L’invité du jour

Simon Baker : "Le Brexit peut menacer la circulation des œuvres d’art en Europe"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Rafael Correa : "Il y a un coup d'État en Équateur"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Le TGV marocain "Al-Boraq", vitrine du savoir-faire français

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le string n'est pas une preuve de consentement"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Brexit : "Un gouvernement divisé, un parti divisé, une nation divisée"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La fin des sanctions contre l'Érythrée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mais qu'est ce que ça veut dire "mettre le bololo" ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : divorce à l'amiable avec Bruxelles ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"8, avenue Lénine" : le parcours du combattant d'une femme rom en France

En savoir plus

FRANCE

Le Parquet financier ouvre une enquête préliminaire sur Penelope Fillon

© Lionel Bonaventure, AFP | François Fillon, alors Premier ministre, et son épouse Penelope, arrivent à l'Élysée pour un dîner d'État avec le président ivoirien Alassane Ouattara, le 25 janvier 2017.

Vidéo par Marc PERELMAN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/01/2017

Le Parquet national financier a annoncé l'ouverture mercredi d'une enquête préliminaire à la suite des révélations du Canard enchaîné sur des suspicions d'emplois fictifs de l'épouse de François Fillon.

Le Parquet national financier (PNF) a annoncé mercredi 25 janvier avoir ouvert une enquête préliminaire pour détournement de fonds publics et abus de biens sociaux sur Penelope Fillon, l'épouse de François Fillon. Cette ouverture d'enquête fait suite aux révélations de l’hebdomadaire Le Canard enchaîné sur des emplois potentiellement fictifs qu'elle aurait occupés.

"À la suite de la publication le 25 janvier 2017 d'un article du Canard enchaîné, mettant en cause Madame Penelope Fillon, le Parquet national financier a ouvert ce jour une enquête préliminaire des chefs de détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et recel de ces délits", écrit le PNF dans un communiqué.

L'enquête "a été confiée à l'Office central de lutte contre les infractions financières et fiscales (OCLCIFF)", ajoute-t-il.

Fillon veut être entendu "le plus rapidement possible"

Mercredi soir, dans un communiqué, François Fillon s'est étonné de "la rapidité" avec laquelle le Parquet a ouvert une enquête "à trois mois de la présidentielle". L'ancien Premier ministre demande à être reçu "le plus rapidement possible" par les enquêteurs.

Dans un article publié mardi soir, Le Canard enchaîné révèle que l'épouse de François Fillon, candidat Les Républicains à la présidentielle, a été rémunérée huit ans comme attachée parlementaire par son époux et son suppléant à l'Assemblée nationale, et pendant 20 mois par le mensuel La Revue des deux mondes.

L'hebdomadaire satirique ajoute ne pas avoir trouvé trace de ses activités, laissant entendre que ces emplois ont pu relever de l'emploi fictif.

Par ailleurs, la journaliste Christine Kelly, auteure d’une biographie autorisée de François Fillon, déclare au Canard enchaîné n’avoir "jamais entendu dire que Mme Fillon travaillait. (…) Elle m’a juste dit qu’elle assistait aux réunions de François Fillon lors de ses campagnes, mais, pour moi, c’était vraiment la femme au foyer qui s’occupait de ses enfants".

Plus tôt mercredi, François Fillon s'était dit "scandalisé" par les révélations du Canard enchaîné, dénonçant une attaque "misogyne", mais n'expliquant rien du fond de cette polémique.

Dès mardi soir, plusieurs membres de son équipe avaient assuré que ces emplois étaient bien réels, ajoutant que Penelope Fillon avait travaillé "dans l'ombre, car ce n'est pas son style de se mettre en avant."

Avec Reuters

Première publication : 25/01/2017

  • FRANCE

    Officiellement investi candidat de la droite, Fillon affirme son autorité face à ses troupes

    En savoir plus

  • POLITIQUE

    Le Canard enchaîné accuse la femme de François Fillon d'un emploi fictif à l'Assemblée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)