Accéder au contenu principal

Emmanuel Macron soupçonné dans un livre d'avoir utilisé des fonds de Bercy pour lancer sa campagne

Emmanuel Macron en janvier 2016 lors d'une visite dans une pâtisserie de Bobigny, alors qu'il était encore ministre de l'Économie.
Emmanuel Macron en janvier 2016 lors d'une visite dans une pâtisserie de Bobigny, alors qu'il était encore ministre de l'Économie. Eric Feferberg, AFP

Selon un livre intitulé "Dans l'enfer de Bercy", Emmanuel Macron aurait utilisé 120 000 euros en frais de représentation alors qu'il était ministre de l'Économie. Pour des députés de l'opposition, cet argent lui a servi à préparer sa campagne.

PUBLICITÉ

Christian Jacob et Philippe Vigier, chefs de file des députés LR et UDI, s'en sont pris mardi 24 janvier à Emmanuel Macron, dénonçant le "mensonge" et l'"imposture" de l'ancien ministre de l'Économie sur des frais de représentation à Bercy.

Ces accusations font suite à la parution le 20 janvier dans le Figaro d’un extrait du livre des journalistes Marion L'hour et Frédéric Says, "Dans l'enfer de Bercy". Selon ces derniers, "Emmanuel Macron a utilisé à lui seul 80 % de l'enveloppe annuelle des frais de représentation accordée à son ministère par le Budget".

"L'enveloppe annuelle des frais de représentation du ministère de l'Économie dépasse cent cinquante mille euros, soit au moins cent vingt mille euros utilisés en huit mois par le jeune ministre pour ses seuls déjeuners et dîners en bonne compagnie", expliquent les journalistes.

"Un mensonge"

Pour le patron des députés UDI, cet argent a ainsi été utilisé par Emmanuel Macron comme rampe de lancement pour ses ambitions présidentielles. "Il y a des choses importantes qu'on a apprises [lundi], notamment au niveau des frais de bouche, puisque 120 000 euros des crédits du ministre à Bercy [ont été utilisés] pour des agapes En marche!, pour réunir tel ou tel, pour préparer sa campagne présidentielle", a dénoncé le député lors d’une conférence de presse, tout en ajoutant que "ce serait bien que la HATVP [Haute autorité pour la transparence de la vie publique, NDLR] puisse nous apporter des éléments".

"Franchement, celui qui nous expliquait dans une déclaration, que pas un seul euro d'argent public [ne] serait utilisé pour sa campagne, manifestement, c'est un mensonge", a ajouté Philippe Vigier.

Interrogé dans les couloirs sur ces frais de bouche d'Emmanuel Macron, le chef de file des députés Les Républicains, Christian Jacob, a aussi estimé qu'"Emmanuel Macron est l'incarnation de l'imposture, l'imposture sur toute la ligne".

"Celui qui se prétend aujourd'hui l'ami des grands patrons et des grands médias, qui était le conseiller aux affaires économiques de François Hollande au moment où il a imaginé la taxation à 75 %, celui qui méprise le peuple, qui a parlé d'ouvrières illettrées, de gens du Nord pratiquement alcooliques ou des autocars pour les pauvres, c'est révélateur. C'est une imposture", a insisté le député-maire de Provins.

Selon RTL, Emmanuel Macron a répondu à ces accusations en affirmant qu'il avait toujours respecté les règles de la République et en estimant que ces attaques portées contre lui relevaient de la diffamation.   

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.