Accéder au contenu principal
PUTSCH MANQUÉ

Bras de fer entre la Grèce et la Turquie autour du sort de huit militaires turcs

Les huit militaires turcs encadrés par des policiers grecs, le 26 janvier 2017.
Les huit militaires turcs encadrés par des policiers grecs, le 26 janvier 2017. Louisa Gouliamaki, AFP
3 mn

Ankara a émis jeudi un mandat d'arrêt visant huit militaires turcs ayant fui en Grèce après le putsch manqué en juillet. La Cour constitutionnelle grecque avait auparavant refusé leur extradition.

Publicité

Le bras de fer se poursuit entre la Grèce et la Turquie : après le refus d'Athènes d’extrader huit militaires turcs, Ankara a réagi. Les autorités turques ont émis jeudi 26 janvier un mandat d'arrêt visant ces hommes ayant fui en Grèce après le putsch manqué en juillet, une décision annoncée après le refus par la Cour constitutionnelle grecque de leur extradition, a rapporté l'agence de presse progouvernementale Anadolu.

Le ministère turc des Affaires étrangères a par ailleurs assuré qu'Ankara allait procéder à une "évaluation exhaustive" de l'impact de cette décision de justice sur ses relations avec Athènes, "bilatérales" et en matière de "coopération dans la lutte contre le terrorisme". Il s'agit d'une décision que "nous percevons comme motivée par des considérations politiques", a indiqué le ministère.

Les juges de la Cour suprême grecque ont suivi les réquisitions du Parquet, qui s'était prononcé il y a dix jours contre l'extradition de ces officiers en soulignant l'absence de garanties en Turquie pour un procès juste et équitable, selon une source judiciaire grecque.

"Ils risquent d'être torturés"

La présidente de la Cour a indiqué que leur extradition n'était pas autorisée car les huit officiers sont inculpés pour des crimes en Turquie et "ils risquent d'être torturés".

L’instance a ordonné la libération des militaires, en détention provisoire en Grèce depuis leur atterrissage en hélicoptère le 16 juillet dans un aéroport du nord du pays.

Les huit militaires turcs ont démenti à plusieurs reprises toute implication dans la tentative de coup d'État et affirmé qu'ils avaient décidé de fuir par peur des représailles contre des militaires lors de la reprise en main de la situation par le gouvernement turc.

En première instance, une cour d'Athènes avait rejeté l'extradition pour cinq de ces militaires, mais l'avait avalisée pour trois. Ces derniers avaient fait appel tandis que le Parquet avait également fait appel contre le rejet de l'extradition.

Plusieurs militaires ont fui dans des pays européens après le putsch manqué en Turquie.

Avec AFP
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.