Accéder au contenu principal

Primaire de la gauche : "Hamon mène la Valls" sur Twitter

Manuel Valls et Benoît Hamon lors du débat le 25 janvier 2017.
Manuel Valls et Benoît Hamon lors du débat le 25 janvier 2017. Bertrand Guay, AFP

Benoît Hamon a, semble-t-il, nettement dominé le débat de l'entre-deux-tours jeudi face à Manuel Valls. La Twittosphère a jugé la prestation du désormais favori de la primaire de la gauche "excellente" car il avait "bien préparé ses dossiers".

Publicité

Si ce débat avait été un match de boxe, Benoît Hamon aurait gagné face à Manuel Valls par K.O, à en croire la Twittosphère. “Valls Out”, a conclu de façon cinglante @janmrs quand @Matthkrav a préféré ironiser sur un “Hamon qui fait Valls(er) son adversaire avec ses arguments”. “C'est clairement Hamon qui mène la danse. Il propose, Valls s'oppose”, a, pour sa part, résumé @EugenieBastie.

Tout au long du débat de l'entre-deux-tours de la primaire de la gauche, jeudi 25 janvier, le candidat arrivé en tête avec 35 % des voix semble avoir nettement dominé les échanges. Jugé “excellent à l’oral” et “très pédagogue” par ‏@marclandre, il s’est aussi illustré, selon @sthevenard, “comme un des rares candidats depuis longtemps à proposer une vision sociétale pour le futur. Il a “bien préparé ses dossiers, c’est clair, précis, détaillé, note @Mat_mmi. C'est assez convaincant !” Même constat chez @deborzeck : "Je suis surpris par l'assurance de Benoît Hamon. Manifestement, il a bossé sur son programme” alors que selon lui, “Manuel Valls a perdu le feu sacré.Trop long ! Mal structuré ! Moins préparé que son adversaire."

>> À lire aussi : Valls ne parvient pas à déstabiliser Hamon lors du dernier débat

Manuel Valls est "très mal à l’aise”, a constaté @nicolarsouil, et a "manqué de crédibilité au vu de son bilan", a jugé @pilmolt. "Il va avoir du mal, son discours est beaucoup moins fort que celui d'Hamon", a noté @Ayohann91. Finalement, @Vincent_Drouvot s’est interrogé sur la pertinence de ses idées : “C'est quoi son programme à part continuer à faire ce qu'il faisait en temps que Premier ministre ?”

"Le premier à parler du sport-santé"

À chaque thème abordé, Benoît Hamon a, semble-t-il, engrangé des points. Sur le travail, l'ancien ministre de l'Éducation a séduit par sa volonté de reconnaître les pathologies liées au travail, telles que le burn-out. “J'aime bien le concept de société bienveillante évoqué par Hamon”, a relevé @unblogunemaman. “Il est le premier, a souligné ‏@joachimguffroy, à parler de la thématique du sport-santé comme moyen de prévention face aux maladies”.

Ses idées sur l’environnement ont également séduit la Twittosphère. ‏Pour l'un de ses soutiens, le député @gerardsebaoun, “il est très à l'aise sur la santé environnementale quand il affirme la nécessité de combattre tous les lobbies”. Sur la laïcité, la balance a encore penché du côté du candidat social-écologiste : “Il est vraiment mieux niveau laïcité”, a twitté @Bbwikicarter. “Merci à Benoît Hamon de faire entendre la voix des musulmans de France contre un Valls qui nous a instrumentalisés”, a indiqué ‏@MOUNIA72. Même succès quand Benoît Hamon a utilisé sa carte blanche pour parler de la culture. "Un sujet jusqu'alors absent des débats télévisés. Enfin !", s'est réjoui @anthony_alarcon, soutien d'Arnaud Montebourg, battu lors du premier tour de la primaire, qui a appelé à voter pour Benoît Hamon. 

"Hamon vit à Disneyland"

Mais les détracteurs du député des Yvelines se sont aussi fait entendre. “Tout ce que propose @benoithamon sans augmentation d'impôt n'est pas possible”, a dénoncé @MickaelBellance, soutien de Manuel Valls. “Pas d'augmentation d'impôt ! mais où trouver le financement pour financer les 45 milliards du revenu universel ?”, s’est insurgé @nicolas_chabert. “Il promet beaucoup quand même, les milliards lui brûlent les doigts“, a pointé @jeffhnz. "Il vit à Disneyland, c'est pas possible”, a ironisé @Oboo13. La meilleure attaque de la soirée à son encontre reste peut-être signée @LibreSportif : “Si vous avez été convaincus par @benoithamon sachez que l'original puissance 10 se trouve chez @JLMelenchon”. 

Pour autant, si Manuel Valls s’est acharné à démonter le programme utopique et rêveur de son adversaire, il a peiné à faire valoir ses idées. Les internautes ont d’ailleurs relevé que l’ancien Premier ministre s’est présenté comme le "candidat de la feuille de paie", slogan piqué à Arnaud Montebourg. “Mais les électeurs de #Montebourg2017 iront vers #Hamon2017 “, rappelle avec ironie @FloLefebvre_pol. Même sa proposition innovante de se tourner vers l’Afrique n’a pas reçu d’écho positif sur la Toile. “Valls laisse l'Afrique tranquille, elle pas besoin de toi”, a taclé ‏@capaxepdro, à l’image de nombreux internautes.

Reste que pour d’autres, le débat a été fade et insipide et n'a pas permis de les départager. “Même costard, même coupe de cheveux, même façon de parler. La politique dans tout ce qu'elle offre de plus cliché”, a relevé @BastienParisot. @EBonnehon a aussi trouvé le débat sans intérêt : “Entre Hamon, un rêveur fatigant et Valls, un satisfait imbu de lui-même. ..ça ne me fait pas vibrer”. Elle ira voter blanc.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.