Accéder au contenu principal
ÉTATS-UNIS

Un juge fédéral de Seattle bloque le décret anti-immigration de Donald Trump

Des manifestants portestent contre le décret anti-immigration de l'administration américaine qui a bloqué des centaines de voyageurs dans les aéroports.
Des manifestants portestent contre le décret anti-immigration de l'administration américaine qui a bloqué des centaines de voyageurs dans les aéroports. AFP (archives)
|
Vidéo par : Ethan HAJJI
2 mn

Un juge fédéral de Seattle a bloqué temporairement vendredi le décret anti-immigration signé par Donald Trump et qui concerne sept pays. La Maison Blanche a promis de répliquer.

Publicité

C’est un coup significatif porté au décret de l’administration de Donald Trump sur l’immigration. James Robart, un juge fédéral de Seattle, a bloqué temporairement vendredi 3 février cette mesure visant sept pays à majorité musulmane (Iran, Irak, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen).

>> À lire : Du Moyen-Orient à l'Europe, les dirigeants réagissent contre le décret immigration de Trump

Les juges fédéraux de plusieurs autres États ont également statué contre l'interdiction depuis qu'elle a été décrétée vendredi dernier, notamment en Californie et dans l'État de New York, mais la décision du juge Robart est celle dont la portée est la plus vaste. Elle est valable sur l’ensemble du territoire américain, le temps qu'une plainte déposée lundi par le ministre de la Justice de l’État de Washington, Bob Ferguson, soit examinée.

La réponse de la Maison Blanche ne s'est pas fait attendre. "Le ministre de la Justice entend déposer une injonction d'urgence pour faire appliquer le décret et annuler la décision du juge Robart", selon un communiqué. L’équipe du président avait qualifié dans un premier temps cette décision de justice de "scandaleuse", avant de renvoyer une nouvelle version de son communiqué quelques minutes plus tard, en supprimant ce terme.

Dans l'immédiat, les conséquences sur les voyageurs des pays visés restaient incertaines. Le décret s'est traduit le week-end dernier par l'interpellation dans les aéroports de quelque 109 personnes résidant légalement aux États-Unis, selon la Maison Blanche, tandis que des centaines d'autres étaient empêchées d'embarquer à destination des États-Unis. Depuis son entrée en vigueur, les États-Unis ont révoqué 60 000 visas attribués à des ressortissants des sept pays visés.

>> À lire : Le décret anti-immigration de Trump affole les résidents américains concernés

Avec AFP
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.