Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène rap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Guerre en Syrie - Idleb : accord Moscou-Ankara pour une "zone démilitarisée"

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

Découvertes

Jean-Luc Mélenchon inaugure "le temps des hologrammes"

© Capture d'écran

Texte par Romain HOUEIX

Dernière modification : 05/02/2017

Jean-Luc Mélenchon avait annoncé qu'il se dédoublerait grâce à un hologramme, dimanche 5 février, pour parler des nouvelles frontières de l'humanité. Prouesse technologique réussie pour le chef du mouvement La France insoumise.

Un silence envahit la salle. Sur l'écran, Jean-Luc Mélenchon commence à parler : "Où suis-je ? Je suis à Lyon… Et maintenant à Paris !" Un claquement de doigts. Clameur et applaudissements. Dans un éclair bleuté, le candidat de la France insoumise vient de se "téléporter" sur la scène de son meeting parisien. C'est un hologramme plus vrai que nature du président du Parti de gauche qui est prêt à s'adresser à la foule.

VOIR AUSSI sur France 24 : Jean-Luc Mélenchon se dédouble entre Lyon et Paris et s'adresse à Benoît Hamon

Pas d'autocongratulations démesurées après cette apparition remarquée, Jean-Luc Mélenchon commence directement à dérouler ses idées avec la verve qu'on lui connaît. Pourtant, il est en train de réussir une première mondiale ce 5 février. Exit les performances de Narendra Modi en Inde ou Recep Tayyip Erdoğan en Turquie. Leurs hologrammes avaient été préenregistrés en studio. Celui de Jean-Luc Mélenchon est capté en direct à Lyon pour apparaître avec deux secondes de décalage dans la salle des Docks, à Aubervilliers, près de Paris.

Un dispositif simple mais exigeant

Pour réaliser cette performance technique, le mouvement de la France insoumise a fait appel à Adrénaline Studio, une agence française de création digitale qui a notamment travaillé sur les spectacles de Renaud, Stromae ou encore la pièce de théâtre de Francis Veber, "Un animal de compagnie". Les Français utilisent la technologie de projection Musion Eyeliner, déposée par l'entreprise Musion, référence mondiale dans le domaine.

À quelques mètres de la scène, Sébastien Mizermont, l'un des fondateurs d'Adrénaline Studio, est à pied d'œuvre. En liaison permanente avec son équipe à Lyon, il s'assure que rien ne ternisse le spectacle offert aux personnes venues écouter Jean-Luc Mélenchon.

Sur le papier, le dispositif repose sur une vieille technique datant du XVIIIe siècle qu'utilisaient les théâtres français pour faire apparaître des fantômes sur scène. L'hologramme est le reflet d'un écran placé au sol sur un film plastique à 45°, comme un paquet de cigarette posé qui se reflète dans votre pare-brise. Dans les faits, ça se complique car pour donner du volume et de la présence à Jean-Luc Mélenchon, une équipe technique de huit personnes est mobilisée entre Lyon et Paris.

VOIR AUSSI : Comment générer un hologramme en 3D avec son smartphone

"Le point doit être fait en permanence et manuellement", explique à Mashable FR Sébastien Mizermont. "Un de mes techniciens est à côté de Jean-Luc Mélenchon et l'aide à se placer. Il lui donne des indications pour les moments où il doit regarder le public parisien."

Les équipes d'Adrénaline Studios, qui travaillent depuis plusieurs semaines pour rendre la retransmission parfaite, ont répété avec le leader de la France insoumise. Un Jean-Luc Mélenchon qui serait plutôt à l'aise avec le dispositif aux dires de Sébastien Mizermont : "J'avais l'impression d'être beaucoup plus stressé que lui durant les essais", confie-t-il.

Le public a répondu présent

Avec 6 000 personnes venues admirer l'hologramme à Paris, on peut dire que le public a répondu présent pour ce meeting holographique à la salle des Docks. Léopold, 24 ans, glisse même être "venu juste pour voir l'hologramme" ! Mais la majeure partie de l'assistance n'a pas fait spécialement le déplacement pour le dispositif holographique.

Les Perrot sont venus en famille écouter Jean-Luc Mélenchon. Dominique, 63 ans, le dit : "L'hologramme, c'est drôle mais il y a un vrai message derrière. Ce programme, il tient la route, il est applicable et ce n'est pas une régression mais un progrès." Sa sœur Marion, 47 ans, n'en pense pas moins : "L'hologramme permet de montrer qu'on a un programme de modernité. Consommer moins et mieux, ce n'est pas une régression." La benjamine du groupe, Emilie, 21 ans, va voter pour la première fois à l'élection présidentielle. Et elle sait déjà qu'elle glissera dans l’urne un bulletin Mélenchon, "le seul à parler réellement aux jeunes".

VOIR AUSSI : Jean-Luc Mélenchon, Florian Philippot et les autres s'essaient à la "culture YouTube"

Ces derniers constituent le gros des troupes présentes aux Docks. Lucas a 25 ans et c'est la première fois qu'il milite pour un mouvement politique. Après avoir suivi plusieurs meetings sur Internet, il a voulu en voir un de ses propres yeux. "Je devais choisir entre Lyon et Paris. Je suis venu ici pour voir l'hologramme", raconte le jeune homme. Mais il le précise : "C'est le fond qui m'intéresse avant tout."

L'hologramme, point d'appui du projet présenté

Sur scène, Jean-Luc Mélenchon - ou plutôt Holenchon - dédie son intervention aux nouvelles frontières de l'humanité : "La mer, l'espace, le numérique." Pas question donc de déconnecter la forme du fond de son programme.

Le chef de file de la France insoumise en profite pour parler jeux vidéo. "Ce sont une expérience totale (…) Jouer c'est l'occasion d'être plus grand après. Ce n'est pas perdre son temps." Il discute droits d'auteurs et neutralité du Net et n'oublie pas d'égratigner les GAFAM, "ces entreprises antisociales qui passent leur temps à échapper au fisc. Des plateformes qui veulent ubériser la société."

Il rappelle que l'économie collaborative est une chance mais qui ne doit pas se faire au mépris de la protection sociale. Pour faire plier ces géants américains, Jean-Luc Mélenchon compte bien faire pression : "Menaçons Microsoft de rompre tous les contrats publics qu'ils ont avec l'Education nationale notamment." Chiche de passer les écoles chez Framasoft ?

"Bluffant"

Les minutes et les thématiques passent et le public a complètement oublié que le "Méluche" qu'il voit n'est pas le vrai. François, Grégoire et Jules, assistent au meeting depuis le fond de la salle. Pour les trois étudiants, le résultat est "fantastique", "bluffant", "époustouflant". En effet, de 25 mètres on y voit que du feu. Il faut vraiment s'approcher très près pour que l'hologramme perde de sa présence. Et même là, l'apparition reste impressionnante.

Côté technique, Sébastien Mizermont nous confirme que tout se déroule à merveille. "Ce n'est pas parfait mais à mon avis, il n'y a que moi qui le voit", sourit-il. En cas de succès, la France insoumise n'excluait pas de réitérer le procédé. Si elle ne se laisse pas arrêter par le prix – entre 50 000 et 100 000 euros, le prix de la location d'une grande salle –, on pourrait bientôt retrouver Jean-Luc Mélenchon en meeting simultané dans plusieurs villes de France. Et de battre le record de 53 retransmissions simultanées établies par Narendra Modi en 2014 ?

Après une heure et demi de discours, Jean-Luc Mélenchon s'est éclipsé sans les artifices bleutés qui ont caractérisé son apparition. Sur le côté, son porte-parole Alexis Corbière sourit en reprenant "l'internationale" lancée par le public. Lui qui devait assurer le meeting parisien en cas de problème technique n’a pas eu à remplacer son patron. "C'est mieux comme cela", assure-t-il. Après tout n'avait-il pas prophétisé juste avant le début de la retransmission qu'"il est venu le temps des hologrammes" ?

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 05/02/2017