Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Cotisations sociales : la machine à redistribuer

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Cellou Dalein Diallo chef de l'opposition est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Royaume-Uni - Brexit : Quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Projet d'accord sur le Brexit : Theresa May, une première ministre bien isolée

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'avenir incertain de la démocratie libérale

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans le nord, sur la route de l’Art déco

En savoir plus

TECH 24

Audrey Tang, la hackeuse taïwanaise devenue ministre

En savoir plus

Afrique

Libye : le maréchal Khalifa Haftar prêt à s'allier avec Trump et Poutine pour lutter contre le terrorisme

© Vasily Maximov, AFP. | Le maréchal Khalifa Haftar, après une rencontre en Russie avec le ministre russe des Affaires étrangères, fin novembre 2016.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/02/2017

Dans un entretien au JDD paru dimanche, le chef de l’Armée nationale libyenne qui contrôle l'est de la Libye, le maréchal Khalifa Haftar, se dit prêt à une alliance avec la Russie et les États-Unis pour éradiquer le terrorisme.

L'homme fort de l'est de la Libye, le maréchal Khalifa Haftar, demande à la communauté internationale de laisser les Libyens gérer seuls leurs affaires et se dit prêt à une alliance avec les Américains et les Russes, dans une interview au Journal du dimanche parue le 5 février. "C'est aux Libyens de décider ce qui est bon pour eux. La communauté internationale ne devrait que soutenir ces décisions", déclare-t-il à l'hebdomadaire.

Le chef autoproclamé de l’Armée nationale libyenne (ANL) épingle au passage l'émissaire de l'ONU en Libye, l'Allemand Martin Kobler, qui tente depuis un an d'asseoir l'autorité du gouvernement d'union nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj à Tripoli. "Les Libyens n'aiment pas Kobler. Ils l'appellent le diable", affirme le maréchal Haftar. "La communauté internationale ne comprend pas la réalité de la situation. Elle dispose d'informations erronées et s'appuie dessus pour prendre des décisions inapplicables, mauvaises", ajoute-t-il.

Khalifa Haftar se dit prêt à rencontrer son rival, le Premier ministre Fayez al-Sarraj, seul reconnu par la communauté internationale, à "une condition, que sa tripotée de courtisans n'ait rien à dire". "Ceux qui soutiennent le gouvernement d'union nationale sont très peu nombreux et ne sont intéressés que par l'argent", d’après lui. Fayez al-Sarraj a fait état fin janvier d'une prochaine rencontre au Caire avec Khalifa Haftar, qui est soutenu par l'Égypte.

"Nous nous allierons à eux"

Le maréchal, qui s'est rapproché de la Russie (il a effectué une visite très remarquée en janvier sur le porte-avions russe Amiral Kouznetsov ) se dit prêt à s'allier aussi avec la nouvelle administration américaine dans la lutte contre le jihadisme. "Si la Russie et les États-Unis se rapprochent dans le but d'éradiquer le terrorisme, cela peut nous aider. Nous allons serrer la main aux deux. Nous nous allierons à eux", a-t-il assuré. Quant à la France, qui soutient M. Sarraj mais a déployé une poignée de militaires aux côtés du maréchal Haftar et dont des avions de reconnaissance survolent régulièrement le pays, Khalifa Haftar lui demande surtout du renseignement.

>> À lire sur France 24 : "En soutenant le maréchal Haftar, la Russie marque son territoire en Libye"

"La France soutient politiquement des acteurs qui n'ont aucun pouvoir. Mais ça nous ira si nous recevons de l'aide en termes d'information et de renseignement", souligne-t-il dans le JDD.

Ancien dignitaire du régime Kadhafi, le maréchal Khalifa Haftar est accusé par ses rivaux, en particulier les puissantes milices de Misrata (ouest), de vouloir instaurer un régime militaire en Libye. Il a déclaré la guerre aux groupes islamistes et radicaux qui sévissaient dans l'est libyen, en particulier à Benghazi, deuxième ville du pays à 1000 kilomètres à l'est de Tripoli. L’Armée nationale libyenne a repris depuis une grande partie de Benghazi au terme de combats sanglants, mais ne parvient toujours pas à imposer son contrôle sur toute la ville, où des groupes jihadistes lui résistent toujours.

Ave AFP

 

Première publication : 05/02/2017

  • CRISE MIGRATOIRE

    L'Italie et l'UE vont financer les camps de migrants en Libye

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    En soutenant le maréchal Haftar, la Russie marque son territoire en Libye

    En savoir plus

  • IMMIGRATION

    Irak, Iran, Libye, Somalie, Soudan, Syrie, Yémen : Trump les prive de visa

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)