Accéder au contenu principal

Aulnay-sous-Bois : Théo et son maillot de l'Inter invités à Milan

Le président François Hollande au chevet de Théo à l'Hôpital Robert-Ballanger.
Le président François Hollande au chevet de Théo à l'Hôpital Robert-Ballanger. Capture d'écran Corriere della Sera

Théo, qui a été gravement blessé la semaine dernière, lors de son interpellation, a reçu la visite de François Hollande mardi à l'hôpital, vêtu du maillot de l'Inter. Un détail qui n'a pas échappé au club lombard.

Publicité

C’est vêtu d’un maillot de l’Inter Milan que le jeune Théo, victime d'un viol présumé lors d'une arrestation brutale jeudi, a reçu, mardi, à l'hôpital d'Aulnay-sous-Bois, la visite du président François Hollande.

Ce détail, qui peut sembler anodin face à la gravité des faits à l'origine d'une vague d'émotion et d'indignation, a frappé les fans de football italien et touché le club milanais, vainqueur de la Ligue des champions en 2010.

La "Une" du Corriere della Sera

Selon le Corriere della Sera, qui a publié mercredi 8 février sur sa une, la photo de la rencontre entre le jeune homme de 22 ans et le chef de l’État, les dirigeants de l’Inter s’activeraient pour entrer en contact avec Théo. Le club lombard souhaiterait l’inviter à assister à un entrainement ou à un match de l’Inter.

L'international français Geoffrey Kondogbia, au club depuis juin 2015, a publié de son côté un message de soutien au jeune homme, toujours hospitalisé.

Selon le témoignage de Théo, qui a fait état de crachats, d'insultes, et de "coups" lors de son interpellation, un des policiers lui a "enfoncé volontairement" une matraque dans les fesses.

Dimanche, un des fonctionnaires, âgé de 27 ans, a été mis en examen pour viol et ses trois collègues de 24, 28 et 35 ans pour violences volontaires en réunion. Les quatre hommes ont été suspendus.
 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.