Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

France 24 en Libye : les migrants débarqués du Nivin dans le port de Misrata

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Alain Juppé : "Les réformes de la fiscalité écologique sont nécessaires"

En savoir plus

LE DÉBAT

Affaire Carlos Ghosn : dérive solitaire ou lutte de pouvoir ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

RD Congo : coup d'envoi de la campagne à un mois de la présidentielle

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Jawad Bendaoud, le logeur des jihadistes du 13-Novembre, jugé en appel

En savoir plus

FOCUS

Le chlordécone, poison pour les terres et les corps en Martinique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Zahia Ziouani, la "maestra" pour qui rien n’est impossible

En savoir plus

L’invité du jour

Stéphane Bourgoin : "Les serial killers cherchent à devenir l’égal de Dieu"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Affaire Carlos Ghosn : quel avenir pour l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi ?

En savoir plus

Asie - pacifique

Vidéo : le sport comme tremplin d'émancipation pour les Iraniennes

© AFP | Téhéran accueille depuis vendredi 10 février le championnat du monde féminin d'échecs. La championne américaine a refusé d'y participer, ne souhaitant pas jouer avec un voile.

Vidéo par Mahmoud HAMEDI , Mariam PIRZADEH

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/02/2017

Les Iraniennes sont de plus en plus nombreuses à se servir du sport comme d'un tremplin pour gagner une place dans la société iranienne. Sportives, elles conservent néanmoins les codes de la république islamique. Reportage.

Sara Khademal Sharieh a 19 ans. Championne iranienne d’échecs, elle ressemble à n'importe quelle joueuse dans le monde, à un détail près : Sara porte un voile lors de chaque compétition, en vertu des lois de la République islamique. Comme elle, de nombreuses iraniennes sont des sportives accomplies, tout en respectant les codes du pays dans lequel elles ont grandi.

Elles doivent porter un voile et se couvrir le corps. Une contrainte qui a poussé certaines athlètes à boycotter des compétitions en Iran. La dernière polémique en date concerne le championnat du monde féminin d'échecs qui se tient depuis vendredi 10 février à Téhéran. La championne américaine a déclaré qu'elle n'y participera pas, refusant de se voiler.

"Celles pour qui c'est dur de porter un voile, je ne peux pas juger si c'est bien ou mal : c'est ce qu'elles ressentent. Par contre, celles qui ont dit que ne pas venir aiderait les Iraniennes, c'est faux à mon avis", se désole Sara.

Rêve de Jeux olympiques

Certaines ont déjà commencé à faire bouger les lignes, comme ces jeunes femmes qui ont créée il y a quatre ans la première équipe féminine iranienne de hockey. "La première chose qui nous a frappé pendant les compétitions internationales, c'est vraiment le regard des autres. Ils se disaient : 'Oh là, comment elles arrivent à jouer avec leurs voiles ?' La vérité, c'est que nous y allons surtout pour jouer, pour faire valoir nos droits, pour montrer que nous sommes là et que nous pouvons jouer !", explique Bita Mohsenizadeh, membre de l'équipe.

À 27 ans, Bita voudrait désormais voir son équipe gagner une médaille d'or. Elle rêve de Jeux olympiques. S'illustrer dans le domaine sportif serait l'une des solutions trouvées par les Iraniennes pour se faire une place dans la société.

Première publication : 11/02/2017

  • ÉTATS-UNIS

    États-Unis : pour le chef du Pentagone, l'Iran est "le plus grand État soutenant le terrorisme"

    En savoir plus

  • SPORT

    Volleyeuses et voilées, deux Iraniennes créent l'émoi en Bulgarie

    En savoir plus

  • ÉCONOMIE

    L'avenir de Total en Iran est suspendu aux décisions de Trump

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)