Accéder au contenu principal

Corée du Nord : la mort mystérieuse de Kim Jong-nam, "petit général" critique du régime

Kim Jong-nam, le 4 mai 2001 au Japon.
Kim Jong-nam, le 4 mai 2001 au Japon. Toshifumi Kitamura, AFP (archives)

Le gouvernement sud-coréen a confirmé mercredi que l'homme retrouvé mort en Malaisie était bien Kim Jong-nam, demi-frère du dictateur nord-coréen. Surnommé "le petit général", il avait dû s'exiler en 2001 après un grave faux-pas.

Publicité

L’homme décédé à l’aéroport de Kuala Lumpur, en Malaisie, est bien Kim Jong-nam, le demi-frère du dictateur nord-coréen Kim Jong-un, a confirmé mercredi 15 février le gouvernement sud-coréen.

La mort de celui qui était surnommé "le petit général" a eu lieu mardi dans des circonstances mystérieuses, qui rappellent les pires heures de la Guerre froide et qui laissent planer les soupçons d'assassinat. Certains médias évoquent des aiguilles empoisonnées.

La police malaisienne a annoncé qu'une autopsie serait pratiquée mercredi sur la dépouille de la victime, sans toutefois dire quand les résultats en seraient annoncés.

Les autorités malaisiennes ont interpellé une femme au passeport vietnamien dans le cadre de l'enquête sur les circonstances de la mort de Kim Jong-nam. La suspecte a été arrêtée tôt mercredi à l'aéroport international de Kuala Lumpur, a déclaré le chef de la police malaisienne, Khalid Abu Bakar. Cinq autres suspects sont recherchés.

En exil depuis 2001

Passionné d’ordinateurs, l’aîné des Kim fut un temps pressenti comme l'héritier de la Corée du Nord mais, selon les services sud-coréens, il représentait un poids plume de la politique nord-coréenne, n'ayant pas l'étoffe d'un dirigeant.

"Tout semble indiquer un assassinat perpétré par les services secrets nord-coréens"

Il se fait connaître sur la scène internationale en 2001, lorsqu’il est arrêté à l'aéroport de Tokyo muni d'un faux passeport dominicain, avec deux femmes et un enfant. Il aurait alors déclaré aux autorités qu'il voulait visiter le parc Disneyland au Japon.

Après cette mésaventure, Kim Jong-nam vit de fait en exil avec sa famille, à Macao, Singapour ou en Chine. Il se dit qu'il se rend souvent à Bangkok, à Moscou et en Europe. Et c'est finalement son demi-frère Jong-un qui hérite du pouvoir à la mort de leur père Kim Jong-il en décembre 2011.

Un an plus tard, Kim Jong-nam était pris pour cible par le régime de Pyongyang. Le parquet sud-coréen avait indiqué qu'un Nord-Coréen appréhendé comme espion avait reconnu son implication dans une mise en scène d'accident de la route le visant, en 2010 en Chine.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.