Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Invasion de sargasse au Mexique : désastre ou chance à saisir?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Audiard : "Depuis longtemps, j'avais envie de tourner avec des Américains"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Voyage inoubliable sur le train du désert en Mauritanie et 300 kilomètres pour les plages de Tunisie

En savoir plus

L’invité du jour

Ghislaine Dehaene : "Il faut parler au bébé pour lui permettre de façonner son esprit"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Population mondiale : le vieillissement s’accélère

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Gérard Collomb, chronique d'un départ annoncé"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La catastrophe humanitaire évitée à Idleb?"

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Libre échange, quand les barrières tombent

En savoir plus

FOCUS

La mémoire de la guerre civile divise toujours les Espagnols

En savoir plus

EUROPE

La sœur du roi d'Espagne relaxée, son mari condamné pour corruption

© Gérard Julien, AFP (archives) | L'infante Cristina d'Espagne et son mari Iñaki Urdangarin devant le tribunal de Palma de Majorque, le 11 janvier 2016.

Vidéo par FRANCE 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/02/2017

Poursuivie pour complicité de fraude fiscale, Cristina de Bourbon, la sœur de Felipe VI, a été relaxée vendredi par la justice espagnole. Son mari a en revanche été condamné à six ans et trois mois de prison pour des malversations.

Les juges auront pris plus de sept mois pour rendre leur jugement dans une affaire ultrasensible pour la monarchie : la sœur du roi d'Espagne, Cristina de Bourbon, a été relaxée vendredi 17 février par le tribunal qui la jugeait pour complicité de fraude fiscale, mais son mari condamné à six ans et trois mois de prison pour des malversations.

Le tribunal des îles Baléares, à Palma de Majorque, a innocenté l'infante Cristina, soupçonnée de complicité de fraude fiscale, mais jugé coupable son époux, Iñaki Urdangarin, qui était accusé d'avoir, avec un associé, détourné plusieurs millions d'euros de subventions attribuées à une fondation qu'il présidait.

La seconde fille de Juan Carlos et Sofia a toujours soutenu qu'elle ne savait rien de ces affaires et faisait une confiance aveugle à son époux, dont elle refuse de divorcer malgré les pressions de la maison royale, qui tente de limiter les effets toxiques de l'affaire sur la monarchie.

Avec AFP

Première publication : 17/02/2017

  • ESPAGNE

    En Espagne, l'infante Cristina jugée pour fraude et corruption

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Le roi Juan Carlos au cœur d'une polémique après un voyage au Botswana

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Felipe VI, futur roi d’Espagne, un rôle taillé sur mesure

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)