Accéder au contenu principal
AÉRONAUTIQUE

Les pilotes d’Air France approuvent la création d’une nouvelle compagnie low cost

Air France a consulté les pilotes de la compagnie pour lancer une nouvelle entité à bas coûts.
Air France a consulté les pilotes de la compagnie pour lancer une nouvelle entité à bas coûts. Bertrand Guay, AFP
3 mn

Les pilotes d'Air France ont majoritairement approuvé, lundi, le lancement d'une nouvelle compagnie à bas coûts. Le principal syndicat de pilotes, le SNPL, doit encore se prononcer sur ce projet qui vise à concurrencer les compagnies du Golfe.

Publicité

Les pilotes d'Air France ont validé à 58,1%, lundi 20 février, le principe de la création par la compagnie aérienne d'une nouvelle filiale à coûts réduits, a annoncé le syndicat majoritaire des pilotes.

Toutefois, le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL) a précisé, à l'issue d'une consultation de l'ensemble des pilotes, que ses instances dirigeantes devaient encore se prononcer sur ce projet mercredi. "Les pilotes n'accepteront pas la mise en danger de la compagnie et de nombreuses garanties devront être données par la direction", a-t-il prévenu dans un communiqué.

Le SNPL juge en outre qu'une reprise des discussions avec la direction sera sans doute nécessaire pour "trouver un compromis acceptable pour tous, vertueux pour Air France et qui pourra ensuite être soumis au vote des adhérents".

Méfiance du Syndicat national du personnel navigant

Le projet d'accord présenté jusqu'ici prévoit notamment que la nouvelle filiale moyen et long-courrier à coûts réduits, connue sous le nom de Boost, ne dépassera pas 18 avions moyen-courriers et 10 long-courriers. D’après Air France, elle emploiera des pilotes de la compagnie mère "avec les règles d'utilisation et de rémunération" d’Air France.

Chez les hôtesses et les stewards, dont l’accord n’est pas nécessaire au lancement du projet, la grogne se fait déjà sentir. "Cette nouvelle compagnie emploiera des personnels navigants à moindre coût. Inacceptable. Si les pilotes signent, la direction doit s'attendre à entrer en conflit avec nous", a prévenu Christophe Pillet secrétaire général adjoint du Syndicat national du personnel navigant commercial (SNPNC), qui s’est exprimé le 17 février dans les colonnes du Parisien.

>> À lire : Air France lance une nouvelle compagnie à l'assaut du long-courrier

Concurrencer les compagnies du Golfe

La nouvelle entité sera basée à Roissy, d’après le même journal. Pour la compagnie aérienne qui possède déjà plusieurs filiales à bas coûts, comme Transavia et Hop !, ce nouveau projet doit permettre de reconquérir des parts de marché sur les compagnies du Golfe pour les vols long-courriers vers le Sud-Est asiatique.

Le groupe espère pouvoir assurer les premières liaisons à partir de l’automne 2017. Le Parisien précise encore que la direction perçoit Boost comme "un laboratoire d'idées", par exemple, la future entité pourrait proposer "des couchettes dans les soutes pour les passagers de la classe éco". En novembre la compagnie avait évoqué d'autres pistes : plus de première classe (mais toujours une classe affaire) dans ces avions, et davantage de sièges par rangée en classe économique.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.