Accéder au contenu principal
PRÉSIDENTIELLE 2017

Brexit : "Une sortie est une sortie", affirme Emmanuel Macron à Theresa May

Emmanuel Macron devant le 10 Downing Street, à Londres, la résidence de la Première ministre britannique.
Emmanuel Macron devant le 10 Downing Street, à Londres, la résidence de la Première ministre britannique. Daniel Leal Olivas, AFP
3 mn

Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle, a rencontré, mardi, à Londres, la Première ministre britannique Theresa May. L'ex-ministre de l'Économie a plaidé pour une attitude ferme envers Londres lors des négociations sur le Brexit.

Publicité

En campagne pour l'élection présidentielle française, Emmanuel Macron a prôné, mardi 21 février, une attitude ferme à l'égard de Londres dans les négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

"Il ne peut pas y avoir un Brexit qui conduise en quelque sorte à une optimisation de la relation de la Grande-Bretagne avec le reste de l'Europe", a-t-il déclaré à l'issue d'un entretien à sa demande avec la Première ministre britannique Theresa May. "Une sortie est une sortie. [...] Il n'y aura pas d'accès au marché unique sans contribution budgétaire. [...] Je serai très attaché pour ma part à ce qu'il n'y ait pas d'avantages indus."

Interrogé sur sa volonté de voir des banques de la City s'installer en France, Emmanuel Macron a déclaré souhaiter aussi voir des universitaires, des chercheurs et, plus généralement, des personnes talentueuses prendre le même chemin. Et de préciser que son programme comprendrait des mesures destinées à les attirer. Mais un porte-parole de Theresa May a répliqué que Londres resterait une tête de pont de la finance internationale après le "Brexit".

Emmanuel Macron  s'est ensuite rendu au Central Hall Westminster, où il a exprimé devant plus de 2 000 personnes sa volonté d'"attirer de la valeur ajoutée, des talents", en convainquant certains des 300 000 Français vivant au Royaume-Uni, dont une majorité à Londres, de "revenir entreprendre, faire en France, innover, chercher, enseigner". "Je veux que l'on soit un pays où l'on peut faire tout cela", a-t-il répété. En France, "on n'a pas le droit d'échouer, mais pas le droit de réussir trop bien", a-t-il poursuivi. "Il faut aimer le succès", ou alors les Français vont "le chercher ailleurs", a-t-il regretté, fustigeant le "système fiscal" français et la "peur de l'échec" propre, selon lui, à la France.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.