FOOTBALL

Ligue des champions : la Juve et Séville assurent leur rang

Le Croate Marko Pjaca a ouvert le score pour la Juventus, qui s'est imposé face à Porto, le 22 février.
Le Croate Marko Pjaca a ouvert le score pour la Juventus, qui s'est imposé face à Porto, le 22 février. Miguel Riopa, AFP

Favoris, la Juventus Turin, à Porto (0-2) et le FC Séville, contre Leicester (2-1), ont assumé leur statut pour mettre une option sur la qualification, mercredi, lors des 8e de finale aller de la Ligue des champions.

Publicité

La Juventus Turin a pris une sérieuse option sur la qualification pour les quarts en allant s'imposer à Porto (0-2), mercredi 22 février, en 8e de finale aller de la Ligue des champions.

>> À voir sur France 24 : En images, 40 ans après l'épopée de 1976, les Verts retrouvent la folie de l'Europe

Les Turinois ont toutefois dû s'employer pour concrétiser en fin de matchleur longue supériorité numérique après l'expulsion précoce d'Alex Telles (27e). Le dernier rempart de Porto, Iker Casillas, 35 ans, a tenu les siens à flot pendant près de 75 minutes. Il a notamment sorti d'un sublime réflexe une frappe déviée de Higuain (39e), puis a compté sur son poteau pour détourner un tir lointain de Dybala (45e+1).

La différence est venue du banc : tous deux remplaçants au coup d'envoi, Marko Pjaca (72e) puis Dani Alves (74e) ont logiquement trouvé la faille pour placer les leurs sur une autoroute pour les quarts de finale.

Léger avantage pour Séville

En Andalousie, le gardien Kasper Schmeichel s'est lui aussi illustré. Le Danois de Leicester a détourné un penalty, mollement tiré par Joaquin Correa (14e), puis a multiplié les arrêts comme dernier rempart d'une poreuse défense anglaise.

Mais Pablo Sarabia, de la tête (25e), et Correa, qui a profité d'un gros travail de fixation de Jovetic (62e), ne lui ont laissé aucune chance, venant couronner les efforts de Sévillans très offensifs, fidèles à la philosophie de leur entraîneur Jorge Sampaoli.

Mais, au vu de leur nette domination, le score peut leur paraître pas cher payé. La faute à Jamie Vardy : jusque-là sans idée, à l'image de son équipe, l'avant-centre anglais a inscrit son premier but en C1 en reprenant victorieusement un centre de Danny Drinkwater (73e).

Au fond du seau en Championnat (17e), les Foxes conservent ainsi un espoir de poursuivre leur route en Europe, mais auront besoin de la magie de la saison dernière, dans deux semaines, pour atteindre les quarts pour la première fois de leur histoire.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine