Accéder au contenu principal

L'étau se resserre autour des jihadistes de l'EI dans Mossoul-Ouest

Un membre des forces irakiennes entrées dans Mossoul-Ouest, le 25 février 2017.
Un membre des forces irakiennes entrées dans Mossoul-Ouest, le 25 février 2017. Aris Messinis, AFP

Après avoir enfoncé les lignes de l'organisation jihadiste dans l'ouest de Mossoul, le dernier bastion de l'EI en Irak, les militaires irakiens se dirigeaient, dimanche, vers le centre de la ville.

Publicité

Près d'une semaine après le début de leur offensive pour reprendre Mossoul-Ouest à l’organisation État islamique (EI), les forces armées irakiennes ont sécurisé la plupart des régions entourant la cité, dernier grand bastion des jihadistes en Irak, au dimanche 26 février. Ils ont également repris l'aéroport et une base contiguë, et pénétré dans les quartiers périphériques.

La journaliste kurde irakienne Shifa Gardi a été tuée samedi alors qu'elle couvrait les combats entre forces irakiennes et jihadistes dans la ville de Mossoul (nord), a annoncé sur les réseaux sociaux la chaîne Rudaw qui l'employait.

Un responsable de la chaîne kurde a précisé à l'AFP qu'elle avait été tuée dans l'explosion d'un engin piégé sur une route dans l'ouest de Mossoul et que son caméraman avait été blessé. (AFP)
 

Les militaires se dirigent maintenant vers le centre de la ville septentrionale, sur la rive ouest du fleuve Tigre qui coupe la cité en deux.

Sous la protection des avions et des hélicoptères militaires, l'assaut impliquant des milliers d'hommes de la Force d'intervention rapide (FIR), des unités d'élite du contre-terrorisme (CTS) et de la police fédérale, a été lancé le 19 février principalement à partir du sud.

"Actuellement, nous nous dirigeons vers le siège du gouvernorat de Mossoul dans le centre", a dit à l'AFP le lieutenant-colonel Abdelamir al-Mohammadawi sur la ligne de front, dans le quartier de Jawsaq repris en grande partie aux jihadistes.

Au fur et à mesure que les troupes régulières progressent dans les quartiers densément peuplés de Mossoul-Ouest, la résistance des jihadistes semble plus forte.

Ces deux derniers jours, quelques centaines de civils ont fui au fur et à mesure de l'avancée des militaires, mais les ONG estiment à 750 000 le nombre d'habitants toujours encerclés dans le secteur ouest de la deuxième ville d'Irak.

Une perte totale de Mossoul représenterait un terrible revers pour l'EI qui ne contrôlerait plus en Irak qu'une région autour de Hawija, à 180 km au sud-est de Mossoul, la cité de Tal Afar, à l'ouest, et des localités dans l'ouest du pays.

Mais l'EI parvient encore à frapper avec des attentats qui ont fait la veille des dizaines de morts en Irak et en Syrie.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.