Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène afro-trap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

"Zone démilitarisée" à Idleb : Erdogan et Poutine en faiseurs de paix ?

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

Découvertes

Facebook utilise une IA pour détecter les risques de suicide chez ses utilisateurs américains

© AP/Mashable

Texte par Lhadi MESSAOUDEN

Dernière modification : 01/03/2017

Dans un post mis en ligne le 1er mars, Facebook a indiqué utiliser une IA pour détecter les personnes susceptibles d'attenter à leur vie. Pour le moment, le dispositif n'a été déployé qu'aux États-Unis.

Facebook intensifie son action contre les suicides de ses utilisateurs. Le réseau social a annoncé sur sa newsroom qu'il utilisait désormais, pour le moment uniquement aux États-Unis, une intelligence artificielle capable de détecter des messages dont le contenu est jugé inquiétant et peut laisser penser à une future tentative de suicide.

Les propos empreints d'une forme de tristesse ou de douleur sont les principaux concernés par cette détection. 

VOIR AUSSI : Internet a donné une nouvelle dimension aux suicides d'adolescents

L'IA s'adresse ensuite directement à l'utilisateur : "Est-ce que tout va bien" ou "Je m'inquiète pour toi" sont deux phrases qu'elle peut par exemple adresser. Une équipe de Facebook a également la possibilité de s'emparer du dossier pour offrir des solutions à la personne concernée, parmi lesquelles une mise en relation avec des spécialistes.

"La prévention du suicide est un point sur lequel nous travaillons pour construire une communauté plus sûre", soutient Vanessa Callison-Burch, une responsable de Facebook, dans le post publié dans la newsroom

Facebook Live aussi concerné 

En plus de ce dispositif consacré aux messages et aux publications classiques, le réseau social va aussi concentrer ses efforts sur les Facebook Live. Lorsqu'une personne diffusera en direct, les spectateurs pourront faire part de leur inquiétude quant à l'état du diffuseur. Facebook proposera alors une aide immédiate à l'individu si besoin.

Toutes ces mesures s'inscrivent dans un projet de lutte plus globale contre les suicides, mené par l'entreprise depuis 10 ans, comme l'explique Vanessa Callison-Burch. Selon elle, un suicide a lieu toutes les 40 secondes dans le monde. Et Parmi eux, certains – comme celui de Nakia Venant, une adolescente de 14 ans –  ont eu lieu sur Facebook. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire. 

Première publication : 01/03/2017