Accéder au contenu principal

Assurance-chômage, retraites… Emmanuel Macron présente enfin son programme

Le candidat d'En Marche! lors de la présentation de son programme à Paris, le 2 mars 2017.
Le candidat d'En Marche! lors de la présentation de son programme à Paris, le 2 mars 2017. Lionel Bonaventure, AFP

Emmanuel Macron a dévoilé jeudi son "projet présidentiel", promettant de s'engager sur six chantiers : réforme de l'école, société du travail, modernisation de l'économie, sécurité, stratégie internationale et moralisation de la vie publique.

PUBLICITÉ

Fin des régimes spéciaux de retraite, "grande loi de moralisation de la vie publique" contre le "népotisme", réforme de l'indemnisation chômage... Emmanuel Macron, accusé depuis son entrée en lice d'être trop vague dans ses propositions, a abattu les cartes, jeudi 2 mars, sur son programme pour l'élection présidentielle.

Désormais favori pour l'emporter selon les sondages, le candidat d'En Marche ! a présenté devant près de 300 journalistes, un document d'une trentaine de pages lors d'une conférence de presse à Paris.

Six chantiers

S'il est élu, Emmanuel Macron a promis de s'engager sur six chantiers : réforme de l'école, "société du travail", modernisation de l'économie, sécurité, stratégie internationale et moralisation de la vie publique. Le document présenté doit être renforcé par un autre document plus complet de 150 pages.

En partie dévoilé jeudi matin dans une interview au Parisien, le programme reprend des mesures déjà annoncées depuis le début de sa campagne en octobre: extension des allocations chômage aux démissionnaires et aux indépendants, renforcement des contrôles sur les chômeurs, gestion par l'État de la formation continue, exonération de la taxe d'habitation pour 80% des ménages, renforcement des accords d'entreprise et de branche... En revanche, le candidat présente de nouvelles propositions ce jeudi :

>> À lire : Le programme économique de Macron se situe dans la continuité de François Hollande

  • Fin des régimes spéciaux de retraite

Nouveau gros chantier social proposé par le candidat Macron, là où Alain Juppé avait échoué en 1995 : la fin des régimes spéciaux de retraites, avec une harmonisation progressive des règles "qui seront les mêmes pour tous les régimes" et une "vraie fin des inégalités entre fonctionnaires et salariés du privé".

En revanche, contrairement au projet de François Fillon, l'âge de la retraite et le montant des pensions resteraient inchangés, tandis que le minimum retraite et l'allocation des handicapés seraient augmentés de 100 euros par mois.

"Une volonté de plaire au monde des entreprises sans se mettre à dos la base"

  • Moralisation de la vie publique

Adieu aussi le régime spécial de retraite des parlementaires, dans le cadre d'une "grande loi" de modernisation de la vie publique, réclamée par le nouvel allié d’Emmanuel Macron, François Bayrou.

En pleine affaire Fillon, le candidat d’En Marche! souhaite interdire "aux parlementaires l'emploi de proches ou de membres de leur famille, pour mettre fin au népotisme", ou empêcher ces mêmes parlementaires d'exercer des activités de conseil. Emmanuel Macron promet aussi d’interdire à tous les détenteurs d’un casier judiciaire de se présenter à la moindre élection.

>> À lire : "Trop tard pour la droite pour changer de candidat"

• Discrimination positive

Pour les banlieues, Emmanuel Macron fait une proposition qui marque, celle des "emplois francs". Pour l'embauche d'un habitant de l'un des 200 quartiers prioritaires de la politique de la ville, une prime de 15 000 euros sera versée, promet le candidat.

Par ailleurs, dans son projet éducatif, il propose que les enseignants de zone prioritaire touchent une prime de 3 000 euros net par an. Au sujet des quartiers, Emmanuel Macron assure qu’il fera de la lutte contre la discrimination ‘’une priorité nationale‘’, notamment en développant des ‘’opérations de contrôle aléatoires et imprévues à grande échelle, en matière d’accès à l’emploi ou au logement’’.

Concernant la lutte contre les discriminations faites aux femmes, le candidat propose de publier les noms des entreprises qui ne respecteraient pas l’égalité salariales homme-femme, et de diminuer le financement public des formations politiques qui auraient une représentation déséquilibrée en termes de parité.

  • Interdire les téléphones portables à l’école, restaurer la police de proximité

Sur l’éducation, le candidat annonce que l’école primaire est sa priorité avec une réforme des rythmes scolaires et du collège. Emmanuel Macron propose aussi de continuer à créer des postes d'enseignants lors du prochain quinquennat, "entre 4 000 et 5 000" quand il compte supprimer 120 000 postes de fonctionnaires globalement. Et le téléphone portable ne serait pas seulement interdit en classe, mais dans toute l'enceinte des écoles et des collèges

Concernant la sécurité, il souhaite remettre en place une police de proximité. Pour lutter contre le terrorisme, il veut étoffer les services de renseignement avec la création de 10 000 postes de policiers sur cinq ans.

• Lutte contre les perturbateurs endocriniens, modernisation de l’agriculture

Sur l’environnement, le candidat d’En Marche ! promet de faire de la lutte contre les perturbateurs endocriniens et les pesticides une priorité, d’imposer 50 % de produits bio, écologiques, ou issus de circuits courts, dans les cantines scolaires et les restaurants d’entreprise d’ici à 2022.

Le candidat souhaite consacrer 5 milliards d’euros à un ‘‘plan de transition agricole’’, consacré à la fois à la modernisation des exploitations et à l’adaptation aux normes environnementales et de bien-être animal, sans préciser toutefois quelle serait la part consacrée à l’une ou l’autre de ces tendances. Il promet également de n’ajouter aucune norme nationale aux normes européennes dans les secteurs agricole, maritime et de la pêche.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.