Accéder au contenu principal

Des groupes islamistes s'emparent d'un important site pétrolier dans l'Est libyen

Les forces de Khalifa Haftar ont perdu le contrôle du terminal d'Al-Sedra, dans le nord-est de la Libye.
Les forces de Khalifa Haftar ont perdu le contrôle du terminal d'Al-Sedra, dans le nord-est de la Libye. AFP (archives)

Les Brigades de défense de Benghazi, formées de groupes islamistes, ont pris le contrôle, vendredi, du terminal pétrolier d'Al-Sedra, dans le nord-est de la Libye, aux dépens des forces du maréchal Khalifa Haftar.

PUBLICITÉ

Des groupes islamistes armés se sont emparés, vendredi 3 mars, d'un important site pétrolier dans le nord-est de la Libye, le terminal d'Al-Sedra, qui était sous le contrôle des forces du maréchal Khalifa Haftar.

Il s’agit d’un camouflet pour l'homme fort de l'Est libyen qui se targuait d’avoir mis la main, en septembre, sur les quatre principaux sites pétroliers du pays : Zoueitina, Brega, Ras Lanouf et Al-Sedra.

"La bataille continue"

C’est en fin de journée que les assaillants des Brigades de Défense de Benghazi (BDB) ont repris l'un de ces sites, a confirmé le colonel Ahmad al-Mismari, porte-parole des forces de Khalifa Haftar. "Elles sont arrivées jusqu'à l'aéroport principal de Ras Lanouf", a-t-il précisé. Mais "la bataille continue" et "la situation dans la zone du Croissant pétrolier demeure sous (notre) contrôle", a ajouté le porte-parole.

Les BDB avaient été chassées de la ville de Benghazi (est) par le maréchal pro-russe,  qui conteste l'autorité du gouvernement d'union nationale (GNA) installé à Tripoli, et qui est en guerre ouverte contre les groupes islamistes et radicaux.

>> Libye : à Zintan, que reste-t-il de la révolution ?

Alliées à des tribus de l'est du pays, les BDB ont lancé vendredi une nouvelle offensive pour tenter de conquérir les installations du Croissant pétrolier libyen. Après l'échec de quatre précédentes tentatives, elles "sont revenues avec une force plus importante", a concédé le colonel Ahmad al-Mismari. Vendredi, l'armée de l'air sous le contrôle du maréchal Haftar avait mené des frappes qui ont détruit "environ 40 % de leurs véhicules".

La production pétrolière de la Libye atteint aujourd'hui 700 000 barils par jour, plus du double de son niveau d'il y a un an, mais loin encore des 1,6 million que le pays produisait avant la chute du régime du colonel Kadhafi en 2011.

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.