Accéder au contenu principal

Mali : toujours pas d’administration provisoire à Tombouctou et à Taoudénit

Des membres de la Coordination des mouvements et du Front patriotique de résistance à Gao, le 28 février 2017.
Des membres de la Coordination des mouvements et du Front patriotique de résistance à Gao, le 28 février 2017. Souleiman Ag Anara, AFP

Des groupes armés ont empêché lundi la mise en place d’autorités intérimaires à Tombouctou et à Taoudénit, dans le nord du Mali. Le retour de représentants de l'État devait remplir un vide qui a contribué au développement d'attaques jihadistes.

PUBLICITÉ

Nouveau report sine die, lundi 6 mars, de l'installation d'autorités provisoires à Tombouctou et Taoudénit, dans le nord du Mali. En cause : le déploiement de groupes armés à Tombouctou. "Des groupes armés opposés aux autorités intérimaires qui auraient dû être mises en place ce jour sont positionnés autour
de la ville et menacent de la prendre", a dit le colonel Abdoulaye Sidibé, porte-parole du ministère, joint par l’agence Reuters.

"L'installation des autorités intérimaires est reportée ultérieurement", a également affirmé un fonctionnaire au gouvernorat de Tombouctou, sans pouvoir se prononcer sur une nouvelle date. Il a précisé que ce report concernait à la fois Tombouctou et Taoudénit.

>> À lire : Mali : annulation de l'installation de l'autorité intérimaire à Kidal

À la suite d'une nouvelle médiation, plusieurs groupes armés de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA, ex-rébellion) et de la Plateforme protestant contre les autorités intérimaires auraient toutefois, selon des habitants, commencé à se retirer de leurs positions lundi.

Le retour de représentants de l'État dans le nord du Mali devait remplir un vide administratif qui a contribué au développement d'attaques jihadistes dans la région. En vertu de l'accord de paix de 2015, les autorités intérimaires doivent gérer les cinq régions du Nord, en attendant l'élection par la population d'assemblées dotées de pouvoirs importants.

La semaine dernière, des administrations provisoires ont été mises en place à Gao, Menaka et Kidal. Ces autorités intérimaires doivent gouverner d'ici à la tenue d'élections régionales. Elles doivent aussi superviser le désarmement des groupes et milices présents dans le nord du Mali.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.