Accéder au contenu principal

François Fillon n'a pas déclaré un prêt de 50 000 euros reçu en 2013

Le prêt a été versé par Marc Ladreit de Lacharrière, milliardaire propriétaire de la Revue des deux mondes, en 2013.
Le prêt a été versé par Marc Ladreit de Lacharrière, milliardaire propriétaire de la Revue des deux mondes, en 2013. AFP

Nouvelles révélations du Canard Enchaîné concernant François Fillon. Selon le journal, le candidat de la droite a bénéficié d'un prêt de 50 000 euros de l'homme d'affaires Marc Ladreit de Lacharrière en 2013, une somme qu'il n'a pas déclarée.

Publicité

François Fillon a obtenu de l'homme d'affaires Marc Ladreit de Lacharrière, milliardaire, notamment propriétaire de la Revue des deux mondes, un prêt de 50 000 euros, sans intérêts et non déclaré à l'instance ad hoc, selon de nouvelles révélations du Canard Enchaîné à paraître mercredi 8 mars.

Une information confirmée mardi 7 mars à l'AFP par l'avocat du candidat de la droite à la présidentielle, Me Antonin Lévy. "Est-ce que ce prêt intégralement remboursé est illégal, est-ce que c'est immoral, est-ce que c'est inacceptable ? Non", a-t-il réagi, sans préciser la date à laquelle a eu lieu le remboursement.

>> Fillon candidat : trois questions toujours sans réponse

Un "oubli"

Lors de son audition le 30 janvier, dans le cadre de l'enquête sur les soupçons d'emplois fictifs de son épouse et de deux de ses enfants, François Fillon a "spontanément" dit aux enquêteurs qu'il avait "oublié" de mentionner ces 50 000 euros dans sa déclaration de patrimoine à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), a précisé Me Levy.

Selon le Code général des impôts, tout prêt supérieur à 760 euros doit être déclaré par l'emprunteur. Toute possession de somme de plus de 10 000 euros doit en outre être déclarée par les élus concernés à la HATVP.

>> À lire : "Personne ne peut aujourd'hui m'empêcher d'être candidat", estime Fillon

L'avocat de Marc Ladreit de Lacharrière, Me Emmanuel Brochier, a également confirmé à l'AFP ce prêt. Il "a existé et il a été remboursé. C'est un non-événement", a déclaré le conseil du PDG de Fimalac, proche de longue date de François Fillon.

Me Brochier n'a pas précisé les raisons, ni la date de ce prêt, qui remonte selon Le Canard à 2013, année où l'épouse du candidat de la droite, Penelope Fillon, était notamment salariée de La Revue des deux mondes, rémunérée 5 000 euros brut par mois. La justice soupçonne qu'il s'agisse d'un emploi fictif.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.