Accéder au contenu principal

Ligue des champions : contre vents et marées, le Barça croit en sa "remontada"

Le Camp Nou, douzième homme indispensable pour que le Barça réalise l'exploit.
Le Camp Nou, douzième homme indispensable pour que le Barça réalise l'exploit. Quique Garcia, AFP

Dix ans que le Barça n'a plus été éliminé au stade des 8e de finale de la C1. À l’heure d’affronter le PSG après la correction de l'aller (4-0), les Catalans veulent croire en leur bonne étoile. Et comptent même sur les astres pour rejoindre les 1/4.

PUBLICITÉ

envoyé spécial France 24 à Barcelone.

Le 14 février, le FC Barcelone a livré au Parc des Princes sa "pire prestation de ces trois dernières années, et de loin", de l’aveu même de son entraîneur Luis Enrique. Les Catalans étaient repartis de la capitale française après avoir subi une déculottée historique (4-0) face au PSG, en huitièmes de finale aller de la Ligue des champions.

Grevé d’un lourd passif comptable, le Barça s’en remet donc au destin, alors qu’il se prépare à accueillir le quadruple champion de France en titre. "Si les astres s'alignent, nous renverserons la situation", prophétise même le coach des Blaugranas.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que pour rejoindre les quarts, le Barça n’aura effectivement pas le droit au moindre faux pas. Une statistique résume à elle seule l’impasse dans laquelle se trouve le mythique club espagnol : jamais dans l’histoire de la Ligue des champions une équipe n’est parvenue à arracher la qualification, après avoir subi une telle rouste à l’aller.

Et même en élargissant à l’ensemble des compétitions européennes, le scénario semble plus qu’improbable. Un différentiel de quatre buts n’a été remonté qu’à trois reprises dans l’histoire des tournois continentaux (Leixoes, lors de la C2 1961-1962, le Partizan Belgrade, lors de la C3 1984-1985 et le Real Madrid lors de la C3 1985-1986).

Un Camp Nou chauffé à blanc

Pourtant, samedi 4 mars, alors que le FC Barcelone corrigeait le Celta Vigo devant ses supporters (5-0), des "Si se puede ! (oui c'est possible !, NDLR)" sont descendus des travées du Camp Nou. Un espoir irrationnel ou presque, qui promet une ambiance de folie, mercredi soir, lors du match retour.

À Barcelone, en tout cas, tout est prêt pour la "remontada". Le club a d’ores et déjà dévoilé l’immense tifo, qui sera déployé en l’honneur de ses stars, et va par ailleurs distribuer quelque 80 000 drapeaux aux couleurs du club.

 Mais c’est bel et bien sur le rectangle vert que les Catalans devront trouver la faille et infliger à cet impressionnant PSG une défaite historique.

Même en 3-4-3, la "remontada" tient du doux rêve

La semaine passée, à deux reprises, ce Barça 2017 a en tout cas rappelé qu’il était toujours capable du meilleur. Face à Gijon, mercredi, puis au Celta Vigo, samedi, les coéquipiers de Leo Messi se sont imposés sur deux scores fleuves : 6-1 et 5-0, des écarts, qui suffiraient à renverser la vapeur face au PSG. Alignés dans un 3-4-3 ultra-offensif, les hommes de Luis Enrique ont retrouvé de l’allant offensif et ce dispositif pourrait bien être reconduit face au PSG.

Reste que même avec un public déchaîné, une organisation ultra-offensive et une MSN (Messi-Suarez-Neymar) au top de sa forme, le FC Barcelone devra compter non seulement sur l’alignement des astres, mais aussi sur une grosse contre-performance du Paris Saint-Germain. Et vu la forme des Parisiens lors des grands rendez-vous en ce moment, difficile de croire en cette invraisemblable "remontada".

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.