Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Judo, la quiète de l'or"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène afro-trap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

"Zone démilitarisée" à Idleb : Erdogan et Poutine en faiseurs de paix ?

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

Afrique

Maroc : accusé de terrorisme, le Français Thomas Gallay voit sa peine réduite en appel

© Change.org | Le Français Thomas Gallay est jugé en appel depuis novembre au Maroc.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/03/2017

Le Français Thomas Gallay, condamné à six ans de prison en première instance au Maroc pour appartenance présumée à une cellule terroriste, a été condamné à quatre ans de prison en appel, mercredi.

Le verdict a été prononcé mercredi 9 mars dans la soirée par la Cour d'appel du tribunal de Salé, près de Rabat, au Maroc. Thomas Gallay a été condamné à quatre ans de prison en appel, soit une peine réduite de deux ans par rapport à celle en première instance.

Cet ingénieur de 36 ans, originaire du sud-est de la France, avait été interpellé en février 2016 dans la ville d'Essaouira, dans le sud du pays. Il avait été condamné en juillet à six ans de prison pour "soutien financier" à des personnes ayant voulu perpétrer des actes terroristes.

>> À lire aussi : Français condamné au Maroc pour terrorisme : "Tous les regards sont tournés vers Rabat"

Selon sa mère, Béatrice Gallay, "on lui reproche d'avoir donné 70 euros à une connaissance", un personnage au centre du dossier, après son installation à Essaouira en 2014. Thomas Gallay a été condamné sur la base de "faux aveux" que la police lui aurait fait signer en arabe, une langue qu'il ne parle pas, toujours selon Béatrice Gallay. Et de préciser que son fils n'est "même pas converti à l'islam".

En novembre, Human Rights Watch, la Fédération internationale des droits de l'Homme et Amnesty international avaient dénoncé les "méthodes douteuses des policiers" dans ce dossier. Thomas Gallay a notamment reçu le soutien de l'ex-ministre française de la Justice Christiane Taubira.

Avec AFP

Première publication : 09/03/2017

  • CENTENAIRE 14-18

    Grande Guerre : le sort controversé des prisonniers allemands au Maroc

    En savoir plus

  • MAROC

    Sahara occidental : comment le Maroc utilise l’immigration comme moyen de pression sur l’UE

    En savoir plus

  • MAROC

    Français condamné au Maroc pour terrorisme : "Tous les regards sont tournés vers Rabat"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)