Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Des militantes féministes torturées dans les prisons saoudiennes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

France 24 en Libye : les migrants débarqués du Nivin dans le port de Misrata

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Alain Juppé : "Les réformes de la fiscalité écologique sont nécessaires"

En savoir plus

LE DÉBAT

Affaire Carlos Ghosn : dérive solitaire ou lutte de pouvoir ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

RD Congo : coup d'envoi de la campagne à un mois de la présidentielle

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Jawad Bendaoud, le logeur des jihadistes du 13-Novembre, jugé en appel

En savoir plus

FOCUS

Le chlordécone, poison pour les terres et les corps en Martinique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Zahia Ziouani, la "maestra" pour qui rien n’est impossible

En savoir plus

L’invité du jour

Stéphane Bourgoin : "Les serial killers cherchent à devenir l’égal de Dieu"

En savoir plus

FRANCE

François Asselineau, le souverainiste invité surprise de l’élection présidentielle

© Thomas Bresson, Wikimedia Commons | La Conseil constitutionnel a annoncé, vendredi 10 mars 2017, que François Asselineau avait dépassé les 500 parainnages pour être candidat à l'élection présidentielle.

Texte par Romain BRUNET

Dernière modification : 10/03/2017

Le Conseil constitutionnel a annoncé, vendredi, avoir validé 524 parrainages pour François Asselineau, qui deviendra donc officiellement candidat à l’élection présidentielle en fin de semaine prochaine. Retour sur le parcours de cet inconnu.

"C’est du délire, ça n’arrête pas. Il y a un rush général de l’ensemble des médias qui veulent nous parler." Le porte-parole de François Asselineau, Karim Sehrane, n’en revient pas. Depuis que le Conseil constitutionnel a révélé, mardi 7 mars, que le président de l’Union populaire républicaine (UPR) était en passe d’obtenir ses 500 parrainages [il en recueille 524 à l'heure où cette page est publiée, ndlr] pour être candidat à l'élection présidentielle, les demandes d'interview affluent. Une excellente nouvelle pour un homme politique qui se plaignait jusqu’alors d’être déconsidéré par les journalistes et dont les affiches collées dans les rues annoncent fièrement au sujet de l’UPR : "Le parti qui monte malgré le silence des médias".

"C’est une réalité, souligne Karim Sehrane. Il y avait jusqu’ici un silence assourdissant des médias. Or, l’UPR possède plus de 16 700 adhérents et ses candidats ont recueilli plus de 190 000 voix aux élections régionales en décembre 2015. Il était peu concevable de ne pas nous entendre."

On l’a compris : grâce à l’officialisation de sa candidature qui interviendra en fin de semaine prochaine, François Asselineau va enfin pouvoir se faire connaître de tous les Français. Diplômé de HEC et de l’ENA, ancien inspecteur général des finances passé par plusieurs cabinets ministériels durant les années 1990, tête de liste dans le 19e arrondissement de Paris de la candidature de Jean Tibéri aux élections municipales de 2001, ancien proche de Charles Pasqua, dont il a été le chef de cabinet à la présidence du Conseil général des Hauts-de-Seine, François Asselineau fonde l’UPR il y a dix ans, le 25 mars 2007, à l’occasion du cinquantième anniversaire du traité de Rome.

Non à l’UE, non à l’euro, non à l’Otan

Le choix de la date anniversaire de la création de la Communauté économique européenne ne doit rien au hasard, puisque le cœur de son projet, qui n’est ni de droite ni de gauche, selon l’UPR, repose sur le "Frexit" : la sortie de la France de l’Union européenne, de la zone euro et de l’Otan.

"Après avoir fréquenté les allées du pouvoir, François Asselineau s’est rendu compte que les dirigeants français avaient totalement abandonné l’idée de souveraineté nationale et qu’ils avaient baissé les bras dans la défense des intérêts français, raconte son porte-parole. C’est ce qui l’a poussé à fonder l’UPR."

Le nouveau candidat à l’élection présidentielle considère que la France a légué son pouvoir économique à la Banque centrale européenne et à la Commission européenne et son pouvoir militaire aux États-Unis. Selon lui, il est urgent de "récupérer ces leviers de souveraineté et de pouvoir".

Adepte des théories du complot

À cette base programmatique s’ajoute une vision du monde où les théories du complot antiaméricaines tiennent une place prépondérante. Selon François Asselineau, la CIA serait par exemple à l’origine de la création de l’UE et le Dalaï Lama un agent au service des Américains. Ses vidéos censées démontrer la véracité de ses propos sont abondamment reprises sur Internet et participent de sa notoriété.

À l’inverse, François Asselineau se montre particulièrement bienveillant à l’égard de la Russie. Il est d’ailleurs fréquemment interrogé par les médias russes francophones comme RT News ou Sputnik. "Il adopte de façon confondante les grands thèmes de la rhétorique du Kremlin, explique à France 24 Nicolas Hénin, auteur de 'La France russe', un livre sur les réseaux pro-russes en France. Avec son triple non à l’UE, à l’euro et à l’Otan ainsi que son discours antiaméricain, il coche toutes les cases qui plaisent aux pro-Poutine."

En 2012, l’UPR n’avait recueilli que 17 parrainages. Cinq ans plus tard, sa progression impressionne. Pour Karim Sehrane, ce succès est dû au monde "qui a changé" et qui "a permis aux Français de prendre conscience que les analyses de François Asselineau étaient parfaitement exactes".

Le nombre d’adhérents de l’UPR entre 2012 et 2017 est ainsi passé d’environ 700 à près de 17 000, permettant au candidat d’avoir à sa disposition de très nombreux militants pour frapper aux portes des mairies, afin de recueillir des parrainages.

Enfin, en plus d’être particulièrement actif sur les réseaux sociaux, le parti l’est aussi sur la voie publique avec des affiches omniprésentes. "Dans les moindres recoins de la France profonde, nous avons des adhérents qui collent des affiches, ainsi les élus locaux nous connaissent", se réjouit Karim Sehrane. Des méthodes classiques pour un candidat jusqu’ici en mal de micros et qui se retrouvera bientôt à débattre sur le plateau de France 2 face à François Fillon, Emmanuel Macron, Marine Le Pen, Benoît Hamon et l’ensemble des candidats officiels à l’élection présidentielle.

Première publication : 10/03/2017

  • POLITIQUE

    Qui est Charlotte Marchandise-Franquet, la candidate "citoyenne" à la présidentielle française ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    Présidentielle française : ces "petits candidats" qui ont déjà leurs 500 parrainages

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE 2017

    Benoît Hamon cherche un deuxième souffle pour sa campagne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)