Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Les plus pauvres paient pour satisfaire les préférences politiques des plus riches"

En savoir plus

FOCUS

Royaume-Uni : le Parti travailliste accusé d'antisémitisme

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans les coulisses du Moulin Rouge

En savoir plus

L’invité du jour

Sobel Aziz Ngom : "Si chacun fait sa part, à sa manière, on pourra équilibrer ce qu'on a en commun"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Billet retour en Ouganda : que reste-t-il d'Idi Amin Dada ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Shinzo Abe, la passe de trois

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les appartements fantômes de Caracas

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Theresa May humiliée"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Congo-Brazaville : un opposant menacé de mort en France

En savoir plus

Amériques

États-Unis : nouveaux recours contre le décret migratoire de Donald Trump

© Sandy Huffaker, AFP | Des manifestants contre le "travel ban" le 6 mars à San Diego, en Californie.

Vidéo par Pierre LE DUFF

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/03/2017

Plusieurs États américains et associations de défense des droits civiques sont engagés dans une bataille judiciaire parallèle contre le nouveau décret migratoire du président Donald Trump qui doit entrer en vigueur le 16 mars.

Le nouveau décret migratoire de Donald Trump qui interdit temporairement l'entrée aux États-Unis des réfugiés du monde entier et des ressortissants de six pays à majorité musulmane (Iran, Libye, Syrie, Somalie, Soudan, Yémen) doit s'appliquer à partir du jeudi 16 mars. Mais plusieurs États américains et associations de défense des droits civiques et des réfugiés, ainsi que des particuliers ont fait part de leur intention de contester le texte devant la justice.

Un recours fédéral contre le nouveau décret migratoire a ainsi été déposé par la puissante association de défense des droits civiques ACLU et le National Immigration Law Center au nom d’organisations de défense des droits et d'aide aux réfugiés ainsi que de plusieurs particuliers dont des citoyens américains, affectés par le décret. Le nouveau décret, comme le précédent, "a été motivé par un sentiment anti-musulman et discrimine explicitement sur la base des origines nationales", font valoir ces organisations dans leur recours.

La bataille judiciaire est également lancée au niveau des États américains : vendredi 10 mars, le plus haut responsable de la justice de l'État du Maryland, Brian E. Frosh, a annoncé qu'il rejoindrait lundi le recours déjà déposé par l'État de Washington, qui avait été à l'origine de la suspension du premier texte. "L'administration persiste à vouloir mettre en œuvre une politique inhumaine et anticonstitutionnelle, et sape aussi notre sécurité au lieu de mieux nous protéger", écrit Brian E. Frosh dans un communiqué. Ce décret "nous rend moins compétitifs et lance le message aux universitaires, scientifiques et ingénieurs les plus talentueux du monde entier qu'ils ne sont pas les bienvenus. Cela portera préjudice aux universités du Maryland et à notre économie".

À Madison, dans le Wisconsin, c'est sur le recours d'un réfugié syrien dont la femme et la fille sont encore à Alep, mais qui ont vu leur demande d'asile acceptée par les États-Unis, qu'un tribunal fédéral était appelé à se prononcer. Le juge William Conley a donné raison au plaignant, dont l'anonymat a été préservé pour protéger sa famille, en arguant notamment des risques auxquels celle-ci serait exposée, si elle devait rester en Syrie.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 11/03/2017

  • ÉTATS-UNIS

    Décret anti-immigration : pourquoi la Silicon Valley a décidé de se confronter à Trump

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Donald Trump déclare la guerre à l'immigration clandestine mais épargne les "Dreamers"

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    L'Irak exclu du nouveau décret migratoire de Donald Trump

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)