Accéder au contenu principal

Google s'associe à l'université Howard pour recruter des étudiants noirs doués en informatique

Entre 20 et 30 étudiants de l'université Howard sur la côte est des États-Unis seront recrutés par Google pour une formation au siège de l'entreprise, à Mountain View, en Californie.
Entre 20 et 30 étudiants de l'université Howard sur la côte est des États-Unis seront recrutés par Google pour une formation au siège de l'entreprise, à Mountain View, en Californie. Howard University

Google va ouvrir une formation d'été de trois mois au Googleplex, son siège de Mountain View, en Californie. Un programme ouvert exclusivement aux étudiants en informatique afro-américains de l'université Howard, à Washington.

Publicité

Aux États-Unis, on la surnomme la "Black Harvard". L'université Howard, dans l'État de Washington, a vu passer dans ses amphis la romancière Toni Morrison, le journaliste Ta-Nehisi Coates, ou encore la photographe éthiopienne Aida Muluneh. 

Fondée en 1867, elle fait partie des HBCU, les Historically black colleges and universities,ces établissements traditionnellement à majorité noire connus pour leur engagement auprès des minorités. Aujourd'hui, l'université compte plus de 10 000 étudiants et elle s'associe avec le géant Google autour d'un objectif commun : encourager le recrutement d'étudiants afro-américains au sein de la firme de Mountain View.

VOIR AUSSI : Avec Code Next, Google veut ouvrir le monde de la tech aux Noirs et aux Latinos américains

C'est Bonita Stewart, vice-présidente des partenariats internationaux chez Google qui a annoncé, jeudi 23 avril, le lancement de "Howard West", un programme de formation à l'informatique entre l'entreprise et l'université.

Trois mois au Googleplex

"Howard est mon alma mater, je suis donc ravie d'annoncer que notre recrutement qui ciblait déjà cette université s'élargit désormais pour accueillir un campus installé au Googleplex pour les étudiants noirs", a déclaré Bonita Stewart dans un communiqué diffusé sur le blog de Google.

"Il n'y a aucune université historiquement afro-américaine sur la Côte ouest"

Concrètement, le programme prévoit de recruter entre 25 et 30 étudiants pour un stage d'été de trois mois sur la Côte ouest, dans la Silicon Valley. Des cours d'informatiques seront donnés par des ingénieurs de Google et des professeurs de l'université. Une bourse sera versée aux étudiants pour le logement et les dépenses quotidiennes sur le campus.

Seuls les étudiants déjà inscrits dans un cursus de programmation informatique peuvent postuler. À Howard, l'annonce crée l'excitation : "Il n'y a aucune université historiquement afro-américaine sur la Côte ouest. Y intégrer un groupe d'étudiants noirs en informatique pour les former est une sacrée expérience", a déclaré à CNN Alanna Walton, une étudiante en science de l'informatique à l'université Howard. Après cette première expérience, Google prévoit d'élargir ce programme à d'autres universités majoritairement composées d'Afro-Américains.

Des efforts pour plus de diversité

Parmi ces étudiants formés par ses soins, la firme de Mountain View entend recruter de futurs cadres et employés issus de la communauté afro-américaines. En 2015, Google avait investi 150 millions de dollars dans une politique destinée à accroître la diversité dans l'entreprise. Depuis juin dernier, l'entreprise accueille dans ses bureaux de New York l'association Black Girls Code qui apprend la programmation aux filles noires. En octobre, Google inaugurait "Code Next", son premier laboratoire de code à Oakland, offrant des cours de code gratuits pour les Noirs et les Hispano-Américains.

Mais chez Google, comme chez les autres grands groupes de la Silicon Valley l'homogénéité des profils – des hommes blancs essentiellement – demeure controversé. Comme plusieurs entreprises de la tech, Google publie des rapports annuels sur le sujet. Le dernier en date estimait à 2 % la part des Noirs dans l'entreprise, et à 3 % celle des Hispaniques.

– Retrouvez l'article de Colin Daileda sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.