Accéder au contenu principal

Hong Kong : Carrie Lam, élue pro-chinoise désignée à la tête de l'exécutif

Carrie Lam lors d'un débat télévisé de campagne électorale, à Hong Kong, le 14 mars 2017.
Carrie Lam lors d'un débat télévisé de campagne électorale, à Hong Kong, le 14 mars 2017. Vincent Yu, Pool, AFP

Désignée dimanche par un collège électoral, Carrie Lam, la candidate soutenue par la Chine, prendra ses fonctions de chef de l'exécutif de Hong Kong le 1er juillet. Des manifestations contre l'ingérence de Pékin ont été réprimées.

Publicité

Carrie Lam, une fonctionnaire soutenue par le gouvernement chinois, a été désignée dimanche 26 mars comme chef de l'exécutif de Hong Kong par un collège électoral, composé de 1 200 membres.

Ce choix risque d’accentuer les tensions politiques dans la région administrative spéciale, puisqu’une large majorité des 7,3 millions d'électeurs de la métropole n'avaient pas voix au chapitre de cette élection. Carrie Lam a été désignée parmi plusieurs candidats par une "commission électorale", dont la plupart des membres sont pro-chinois et soutiennent les autorités déjà en place.

Première secrétaire de l'administration sortante, elle sera la première femme à diriger la ville-État lors de sa prise de fonction le 1er juillet. Elle a obtenu 777 voix contre 365 à son premier adversaire, l'ancien secrétaire aux Finances, John Tsong, qui bénéficiait pourtant d'une meilleure cote de popularité dans l'opinion publique, selon des sondages.

Manifestations contre l’ingérence de Pékin

De nombreux opposants redoutent que Carrie Lam poursuive la politique répressive menée par le chef de l'exécutif sortant, Leung Chun-ying, qui avait réprimé les manifestations démocratiques en 2014. Ils ont manifesté dimanche pour dénoncer l'ingérence de Pékin. Des heurts ont opposé les protestataires aux forces de l'ordre à proximité du bureau de vote central de la ville.

Depuis la rétrocession de l'ancienne colonie britannique à la Chine en 1997, Pékin a progressivement augmenté sa mainmise sur le territoire, en dépit de promesses de libertés et d'autonomie accordées à Hong Kong en vertu du principe "un pays, deux systèmes".

"Hong Kong va être complètement avalée par la Chine"

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.