Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Brexit : la bataille de la pêche a commencé

En savoir plus

Pas 2 Quartier

"Noise": Raconter sa ville au fil du RER

En savoir plus

L’invité du jour

Farouk Mardam-Bey et Ziad Majed : "La dynastie Assad considère la Syrie comme une propriété privée"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Comment la Turquie instrumentalise l'affaire Khashoggi"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le système Mélenchon"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pascal Blanchard : "La domination des terres s'accompagne de celle des corps"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les robots envahissent nos entreprises

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la candidate libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

FRANCE

Valérie Pécresse accuse le gouvernement d'avoir voulu la déstabiliser et compte porter plainte

© Éric Piermont, AFP | Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, accuse le gouvernement de manipulation.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/03/2017

Dans un message publié samedi sur Facebook, la présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, accuse le gouvernement socialiste d'avoir tenté d'instrumentaliser l'arrestation de son fils, en septembre 2016, pour détention de cannabis.

Valérie Pécresse a "la nausée". Dans un communiqué publié, samedi 25 mars, sur son compte Facebook, la présidente Les Républicains (LR) de la région Île-de-France affirme avoir été "victime d'une tentative de déstabilisation politique" après l'interpellation de son fils en septembre 2016 pour consommation de cannabis. Elle entend porter plainte.

L’élue se fonde sur des faits rapportés par le livre "Bienvenue place Beauvau", dans lequel les trois journalistes Olivia Recasens, Didier Hassoux et Christophe Labbé racontent comment ils ont été informés pratiquement en direct de l'interpellation du jeune homme avec quatre grammes de cannabis. Leur source : un haut responsable de la police parisienne, ancien conseiller de Manuel Valls qui était encore Premier ministre.

Parallèlement, selon les auteurs du livre, un collaborateur du président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, faisait "le tour de ses contacts journalistes" pour les mettre au courant. "Le renseignement aura mis moins d'une heure pour être exploité politiquement", peut-on lire.

"Stupeur"

Dans son communiqué, Valérie Pécresse se dit "frappée de stupeur" d'apprendre qu’elle aurait été "victime d'une tentative de déstabilisation politique savamment orchestrée avec la complicité d'un directeur de la préfecture de police, proche de M. Valls, Premier ministre à l'époque, et d'un conseiller de M. Bartolone, président de l'Assemblée nationale". "MM. Hollande, Valls, Bartolone et Cazeneuve doivent rendre des comptes sur les faits relatés dans ce livre qui, s'ils sont avérés, déshonorent la politique et abîment la démocratie", ajoute-t-elle.

Paru cette semaine, "Bienvenue place Beauvau", dont deux des auteurs sont journalistes au Canard enchaîné, fut également cité par François Fillon lors de son passage, jeudi soir, à une emission politique de France 2. Selon le candidat de la droite pour la présidentielle, l'ouvrage démontre l'existence d'un "cabinet noir" animé par le président François Hollande afin de l'empêcher d'accéder à l'Élysée.

"Je vais mettre en cause le président de la République"

Avec AFP et Reuters
 

Première publication : 26/03/2017

  • FRANCE

    Langue française sur les chantiers : qu'est-ce que "la clause Molière" ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    France : le ticket de métro disparaîtra "à l'horizon 2021", annonce Pécresse

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)