Accéder au contenu principal

À Berlin, Benoît Hamon reçoit le soutien du SPD de Martin Schulz

Benoît Hamon (à droite) a reçu le soutien Martin Schulz au terme d'une visite au siège du Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD), à Berlin.
Benoît Hamon (à droite) a reçu le soutien Martin Schulz au terme d'une visite au siège du Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD), à Berlin. Odd Andersen, AFP

Le candidat socialiste à la présidentielle française Benoît Hamon a reçu mardi, à Berlin, le soutien du SDP par la voix de son président Martin Schulz. Ce dernier a assuré que le parti serait "derrière lui" dans la bataille.

PUBLICITÉ

"Je suis heureux d'exprimer le soutien du SPD pour le candidat PS en France", a annoncé Martin Schulz, le président du Parti social-démocrate (SPD) d'Allemagne, après une rencontre mardi 28 mars avec le candidat socialiste à la présidentielle française Benoît Hamon, au siège du parti frère SPD à Berlin.

Au côté de Benoît Hamon, Martin Schulz a fait part de son plaisir personnel à recevoir le candidat au siège de son parti, évoquant leur "long parcours ensemble" et saluant "un homme avec des convictions profondes et un homme qui se bat pour des convictions, ce qui est une vraie condition pour gagner des élections". Il a souligné que les socialistes en Europe et le SPD seraient "derrière lui dans cette bataille".

Un "arc d'alliance des forces de gauche"

Le candidat Hamon, à la peine dans les sondages, est en déplacement à Berlin pour défendre notamment son idée d'un "arc d'alliance des forces de gauche" susceptible de réorienter la construction européenne. Il s'est réjouit sur son compte Twitter de ce ralliement officiel, qui lui confère une crédibilité internationale supplémentaire.


L'ancien président du Parlement européen a été désigné fin janvier candidat du parti social-démocrate à la chancellerie allemande lors des élections législatives de septembre prochain face à Angela Merkel.

>> À lire aussi : "Le chemin de Berlin : après Fillon et Macron, Hamon reçu par Merkel"

Benoît Hamon avait plus tôt dans la matinée été reçu par la chancelière, pointant à la sortie "ses convergences" et ses "désaccords", notamment sur les politiques budgétaires en Europe.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.