Accéder au contenu principal
IRAK

La coalition "probablement" impliquée dans la mort de civils à Mossoul

De la fumée s'élève au-dessus de la partie Ouest de Mossoul le 24 mars 2017, durant une offensive des forces irakiennes.
De la fumée s'élève au-dessus de la partie Ouest de Mossoul le 24 mars 2017, durant une offensive des forces irakiennes. Ahmad Gharabli, AFP
3 mn

Un bombardement de la coalition sous commandement américain est "probablement" à l'origine de l'effondrement meurtrier d'un immeuble à Mossoul, en Irak, le 17 mars, a indiqué l'armée américaine mardi.

Publicité

Des dizaines de corps — entre 61 et 240 selon les sources — avaient été retirés des décombres après l'effondrement d'un immeuble dans le quartier d'Al Djadida, dans l'ouest de Mossoul, le 17 mars dernier. La coalition sous commandement américain est "probablement" impliquée dans le bombardement qui a provoqué le drame, a annoncé mardi 28 mars le général américain Townsend.

Après la frappe, des enquêteurs avaient été dépéchés à Mossoul pour déterminer si le bombardement était imputable à la coalition ou à l'organisation État islamique (EI). L'arme irakienne accusait des jihadistes d'avoir truffé l'immeuble d'explosifs afin de provoquer des pertes civiles, mais certains témoins affirmaient que le bâtiment s'était effondré après une frappe aérienne de la coalition qui a enseveli de nombreuses familles sous les décombres

L'aviation irakienne et celle de la coalition internationale antijihadiste, conduite par les États-Unis, bombardent la deuxième ville du pays pour soutenir les troupes engagées au sol contre l'EI.

>> À voir : France 24 avec l'armée irakienne sur les rives du Tigre

Au début du mois de mars, la coalition avait jugé "probable" qu'au moins 220 civils aient été tués "involontairement" dans ses frappes aériennes contre l'EI en Irak et en Syrie depuis 2014. "Nous continuerons de prendre des mesures exceptionnelles pour éviter de frapper les civils", avait alors déclaré le général Joe Votel.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.