Découvertes

Un vaisseau de l'Air Force est en mission secrète autour de la Terre depuis sept ans

Des techniciens inspectent le véhicule X-37B après son premier lancement en décembre 2010.
Des techniciens inspectent le véhicule X-37B après son premier lancement en décembre 2010. DoD, Corbis, Getty Images

Tout le monde sait qu'il existe. Personne ne sait ce qu'il fait vraiment. Mais il est là : un vaisseau de la Air Force, l'aviation militaire américaine, vole autour de notre planète depuis près de 700 jours.

Publicité

Le vaisseau X-37B entame son 678ème jour en orbite autour de la Terre, et personne ne sait encore ce qu’il fabrique là-haut. Et pourtant – ça commence à faire un bout de temps que le vaisseau de la Air Force enchaîne les missions spatiales : quatre depuis son premier lancement en 2010 et un nouveau record en 2017 : celui de la mission clandestine la plus longue de l’histoire.

VOIR AUSSI : Le réchauffement climatique va faire resurgir une base américaine secrète enfouie au Groenland

Car si la petite fusée de l’armée américaine construite par Boeing fait ses affaires dans l’espace depuis près de sept ans, seuls quelques officiels ont idée de sa véritable mission. Et pour cause : les activités de X-37B sont strictement confidentielles et classées.

Il y a bien une version officielle de l’histoire : selon le Pentagone, "le programme soutient la réduction des risques technologiques, l’expérimentation et le développement de concept opérationnel". Des activités assez floues qui déclenchent de nombeuses rumeurs et spéculations sur Internet.

Un engin espion ?

Deux ans après le début de ses missions, une première spéculation sur les activités du X-37B prend de l'ampleur sur internet. Le vaisseau serait chargé d’espionner la station spatiale chinoise Tiangong 1 – qui, devenue incontrôlable, devrait s'écraser sur terre dans l'année 2017. À l’origine des rumeurs, les conclusions d’un groupe d'observateurs amateurs de l’espace qui, en recoupant des données, ont trouvé les coordonnées de l'orbite de la première mission, étrangement très proche de celui de la station chinoise.

Pour la deuxième mission, une nouvelle spéculation est arrivée sur la table à la faveur de ce même groupe d’observateurs indépendants. Selon sa trajectoire, X-37B pourrait servir à espionner certains pays du Moyen-Orient et notamment l’Iran et l’Afghanistan. Aucune de ces théories n'a jamais été confirmée ou invalidée par le gouvernement américain ou le Pentagone.

Une arme spatiale ?

Le vaisseau de la Air Force serait-il une arme spatiale ? La théorie a déjà été évoquée, mais pour être rapidement démontée, par un ancien ingénieur de la Air Force, Mark Lewis. Il expliquait au magazine scientifique Popular Science en 2012 que le vaisseau serait un très mauvais bombardier : "Si je ne peux pas emmener mon présumé bombardier au bon endroit pour lâcher sa bombe, quel est l’intérêt ?" Car pour atteindre une cible en particulier, X-37B devrait changer constamment d’orbite, un effort trop important pour un avion alimenté à la seule force de panneaux solaires.

La thèse d’un but militaire avait pourtant été évoquée à demi-mot par le Pentagone lui-même dès la première mission de son vaisseau secret en 2010. Le New York Times écrivait alors : "Dans des interviews et des déclarations, les représentants du Pentagone ont fait savoir que l’avion n’avait rien à voir avec une arme, même s’ils concèdent que son but ultime est d’aider les forces armées sur terre avec une variété de missions auxillaires". 

La vérité, rien que la vérité

Troisième théorie : et si l’armée américaine disait vrai ? Le vaisseau X-37B servirait à "faire des expériences" et tester la réutilisation de matériel spatial. Vous n'avez pas envie que cette théorie soit avérée ? Nous non plus. On préfèrerait – pour la bonne histoire – que des aliens soient impliqués dans les activités du X-37B. Mais parfois, il faut se résoudre à accepter qu'un phénomène n'ait rien de particulier à cacher.

En attendant de connaître un jour la vérité, on ignore toujours la date de l’atterrissage de la quatrième mission du vaisseau. "La date sera déterminée selon l’état d’avancement des objectifs et des démonstrations en orbite du programme", a expliqué une porte-parole de l’Air Force à Space.com. Visiblement, dans sept ans, on n'en saura toujours pas plus.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine