Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Elections locales en Côte d'Ivoire : bras de fer entre le PDCI et le RHDP

En savoir plus

LE DÉBAT

Inondations en France : plusieurs morts dans l'Aude

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le vélo de retour à Cuba et les entrepreneurs burundais en province qui innovent

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mo'Kalamity, ambassadrice capverdienne d'un reggae conquérant

En savoir plus

FOCUS

En Californie, une croisade anti-avortement après une décision de la Cour suprème

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Adlène Méddi : "1994, une année de basculement en Algérie"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Égypte : nouveau procès pour Ahmed Douma, icône de la révolution

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'enjeu sécuritaire des législatives en Afghanistan

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Luis Aguiriano : "Je ne pense pas que Manuel Valls sera maire de Barcelone"

En savoir plus

FRANCE

Les ministres Fekl et Bareigts promettent un milliard d’euros à la Guyane pour sortir de la crise

© Jody Amiet, AFP | Des manifestants guyanais ont accroché une banderole "Non à la précarité" sur un barrage installé sur la route entre l'aéroport d'Eboue et Cayenne, le 29 mars 2017.

Vidéo par FRANCE 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/04/2017

Les ministres de l'Intérieur et des Outre-mer ont annoncé samedi un milliard d'euros d'engagements de l'État pour permettre à la Guyane de sortir de la crise dans laquelle elle se trouve.

Toujours en Guyane pour tenter d’apaiser le mouvement social qui secoue le territoire français depuis deux semaines, les ministres de l’Intérieur et des Outre-mer, Mathias Fekl et Ericka Bareigts, ont annoncé, samedi 1er avril, 1,085 milliard d'euros d'engagements de l'État. Cette somme devra permettre d’améliorer la situation dans les domaines de la sécurité, de la justice, de l'éducation ou encore de la santé.

>> À lire : Guyane : les racines du malaise

Alors qu'Olivier Goudet, un porte-parole des "500 frères contre la délinquance", a qualifié les réponses de l'exécutif de "non satisfaisantes", la délégation est partie étudier le cahier de propositions.

"Les ministres ont répondu à 350 des 400 revendications des manifestants"

Parmi les engagements déjà énumérés ces deniers jours par les ministres : la "pérennisation d'un escadron de gendarmes mobiles en Guyane", l'arrivée de 50 gendarmes et policiers en renfort dès 2017, auxquels 80 gendarmes s'ajouteront entre 2018 et 2020, ainsi que l'augmentation de 50 % du nombre de réservistes, dont le nombre passera de 200 à 300, autant de "décisions fermes du gouvernement".

Au niveau judiciaire, Mathias Fekl a confirmé la construction d'un tribunal de grande instance et d'une prison à Saint-Laurent du Maroni, chiffrés respectivement à 30 et 50 millions d'euros. Le ministre de l'Intérieur a également annoncé la mise en place de discussions diplomatiques avec les voisins de la Guyane pour mettre un terme à la délinquance venant de ces pays.

Construction de collèges et modernisation des hôpitaux

Ericka Bareigts a, de son côté, fait état de 400 millions d'euros pour l'éducation, dont 250 millions alloués sur cinq ans à la construction de collèges.

La ministre des Outre-mer a également précisé que 85 millions d'euros seraient investis dans le système de santé guyanais, dont 65 attribués à l'hôpital de Cayenne, avec notamment 40 millions pour se "moderniser".

Alors que les terres en Guyane appartiennent à l'État français, ce qui alimente un fort mécontentement populaire, Ericka Bareigts a annoncé la cession par Paris de 250 000 hectares pour qu'y soit notamment construit des logements sociaux.

Quelque 300 millions d'euros d'investissements en matière d'infrastructures (pont, routes) ont également été validés, ainsi que d'autres mesures destinées aux populations autochtones, à l'économie ou l'environnement.

Avec AFP
 

Première publication : 01/04/2017

  • GUYANE

    Crise sociale : "La fusée ne décollera pas, c'est à la Guyane de décoller"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le conflit social en Guyane fait irruption dans la campagne présidentielle

    En savoir plus

  • POLITIQUE

    90''POLITIQUE - Crise en Guyane : "Il faut arrêter les pompes aspirantes de l'immigration"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)