Accéder au contenu principal
FRANCE

Guyane : Cazeneuve rejette les demandes, "irréalistes", et appelle à "poursuivre le dialogue"

Le Premier ministre Bernard Cazeneuve et la ministre des Outre-mer Ericka Bareigts, le 27 mars 2017 à Matignon.
Le Premier ministre Bernard Cazeneuve et la ministre des Outre-mer Ericka Bareigts, le 27 mars 2017 à Matignon. AFP (archives)
|
Vidéo par : FRANCE 3
2 mn

Bernard Cazeneuve a qualifié d'"irréaliste" la demande des meneurs du mouvement social en Guyane de porter à 2,5 milliards d'euros le plan d'urgence du gouvernement.

Publicité

Le bras de fer risque de se tendre à nouveau. Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a rejeté, lundi 3 avril, la demande "irréaliste" des meneurs du mouvement social en Guyane de porter à 2,5 milliards d'euros le plan d'urgence du gouvernement.

"Il serait (...) aisé de céder à la facilité et de promettre des mesures et des aides financières d'un montant irréaliste, puis d'en laisser la charge et la responsabilité à un autre gouvernement. Ce n'est pas la conception que nous avons de la responsablité dans la République", a déclaré le Premier ministre à Matignon, à l'issue d'une réunion rassemblant 12 membres du gouvernement.

>> À lire : Les Guyanais réclament un "statut particulier" pour le territoire

Bernard Cazeneuve a cependant appelé "à poursuivre le dialogue" après l'échec des négociations. "La Guyane ne pourra pas décoller", a-t-il déclaré en référence au collectif des protestataires guyanais "Pou La Gwiyann dékolé" (Pour que la Guyane décolle), "sur la base de fausses promesses et d'engagements non tenus".

"J'en appelle encore une fois à la raison et à la levée des barrages. Bloquer la Guyane, bloquer son économie, bloquer ses écoles, bloquer ses services publics, ce n'est pas ainsi que l'on peut préparer l'avenir", a-t-il encore déclaré, alors que le territoire ultramarin est paralysé par un mouvement social depuis de deux semaines.

Lundi, tous les magasins de Cayenne étaient fermés, conséquence d'une opération "ville morte" a été décrétée par le collectif.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.