RUSSIE

Métro de Saint-Pétersbourg : le principal suspect formellement identifié

Les secours sont rapidement intervenues dans la station de métro où a eu lieu l'attentat.
Les secours sont rapidement intervenues dans la station de métro où a eu lieu l'attentat. Olga Maltseva, AFP

Au lendemain de l'attentat qui a fait 14 morts et des dizaines de blessés dans le métro de Saint-Pétersbourg, les enquêteurs russes ont identifié, mardi, l'auteur présumé de l'attaque comme Akbarjon Djalilov, un ressortissant kirzigh âgé de 22 ans.

Publicité

L'enquête avance en Russie au lendemain de l'attentat dans le métro de Saint Pétersbourg, qui a fait 14 morts et plus de 45 blessés. Les enquêteurs russes ont formellement identifié, mardi 4 avril, l'auteur présumé de l'attentat. Il s'agit d'un ressortissant kirzigh de 22 ans, Akbarjon Djalilov, confirmant les informations obtenues mardi matin par l'AFP auprès des services secrets du Kirghizstan, où il est né.

>> À lire : Le principal suspect est originaire du Kirghizstan

"L'enquête a établi l'identité de l'homme qui a commis l'explosion dans la rame du métro de Saint-Pétersbourg. Il s'agit d'Akbarjon Djalilov", a indiqué le Comité d'enquête dans un communiqué, qui a ouvert une enquête pour acte terroriste après le drame. Selon le comité, il serait également à l'origine de la seconde bombe désamorcée dans une autre station de métro.

Les services secrets du Kirghizstan avaient indiqué que Djalilov était né dans la région kirghize d'Och, une zone qui a fourni un fort contingent de jihadistes à l'organisation État islamique (EI). Il a "probablement" acquis la nationalité russe, ont-ils précisé à l'AFP.

La ville des tsars est en deuil

Moins de 24 heures après l'attaque, Saint-Pétersbourg est en deuil et les drapeaux sont en berne dans le centre historique et touristique de la deuxième ville de Russie. Le bilan, initialement de 11 morts, s'est alourdi, mardi, à 14 victimes, selon la ministre russe de la Santé, citée par l'agence RIA.

Le pays n'avait pas été aussi durement touché depuis l'explosion en plein vol le 31 octobre 2015 d'un vol reliant l'Égypte à la Russie avec 224 personnes à bord, un attentat revendiqué par le groupe État islamique. La Russie a déjà été à plusieurs reprises frappée par des attentats dans ses transports en commun. En 2013, deux attentats suicide à Volgograd (sud) avaient fait 34 morts, quelques semaines avant les jeux Olympiques d'hiver de Sotchi.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine