Accéder au contenu principal

L'Académie française a encore frappé : il ne faut plus dire "binge watching" mais "visionnage boulimique"

Peter Dazeley/Getty Images

L'Académie française a publié une nouvelle liste de termes anglais traduits en français, cette fois sur le thème des jeux vidéo et de l'audiovisuel. Bon courage pour changer les habitudes des "hardcore gamers", euh non pardon, des "hyperjoueurs".

Publicité

L'Académie française est pleine d'espoir. Elle vient de livrer une liste de termes bien de chez nous pour parler gaming et streaming videos sans utiliser trop d'anglicismes qui appauvrissent notre beau langage.

VOIR AUSSI : Pourquoi il n'y a ni apostrophe, ni guillemets sur nos claviers

La Commission générale de terminologie et de néologie de l'Académie française a publié dans le Journal Officiel du 8 avril 2017 une nouvelle listes de mots et d'expressions sur les thèmes de l'audiovisuel et des jeux vidéo. Ces deux domaines fourmillent de termes anglais qui ne trouvaient jusqu'ici pas leur équivalent en français, obligeant les honnêtes citoyens français à user du langage anglo-saxon.

Au programme : "visionnage boulimique" à la place de binge watching, "hyperjoueur" à la place du hardcore gamer habituel, et autres joyeusetés linguistiques. Si vous avez un doute, le site France Terme vous permet d'effectuer une recherche pour trouver le terme adéquat.

Des habitudes bien ancrées

Petit problème : la plupart de ces termes existent en anglais depuis maintenant plusieurs années, et sont rentrés dans le langage courant. Dans l'univers des jeux vidéo, RPG (role playing game) et et MMOG (massively multiplayer online game) sont fréquemment utilisés et compris par tous. Comment l'Académie française va-t-elle convaincre les joueurs de "Mass Effect: Andromeda" et "Call of Duty" de troquer FPS (first person shooter) pour un JTS (jeu de tir en vue subjective) qui sonnera tout bizarre, sachant que le premier jeu du genre date des années 1970 ?

Même problème du côté de l'audiovisuel. Si le binge watching est une pratique populaire, il va être difficile de changer les habitudes des fans de séries, spécialistes de cette activité.

Sans parler des termes utilisés de manière plus officielle et commerciale, comme VOD (video on demand). Les fournisseurs d'accès à Internet et de programmes s'en sont vite emparés pour proposer des offres de replay (tiens, ils n'ont pas traduit celui-là) et de visionnage en ligne de films, séries et documentaires. Canal + et TF1 vont-ils modifier le nom de leur offre (Canal VOD et MyTF1 VOD) pour se ranger derrière le bien français VAD (vidéo à la demande).

La Commission générale de terminologie et de néologie, c'est déjà elle qui nous avait servi, le 23 janvier 2013, le magnifique terme "mot-dièse" pour remplacer le hashtag. Ça avait aussi bien marché que sa proposition de remplacer "smartphone" par "terminal de poche" ou "ordiphone"...

On attend avec impatience la prochaine édition de la Commission de terminologie et de néologie, pour savoir comment nos Académiciens traduisent l'expression "Netflix and chill" en bon français.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.