Accéder au contenu principal
Découvertes

Pékin versera de l'argent aux citoyens qui dénonceront des espions étrangers

Les Pékinois pourront gagner jusqu'à 72 000 dollars en dénonçant des espions étrangers.
Les Pékinois pourront gagner jusqu'à 72 000 dollars en dénonçant des espions étrangers. Composite Mashable/Mark Airs/Getty Images
Texte par : Lhadi MESSAOUDEN
2 min

À compter de ce lundi, Pékin récompensera jusqu'à 72 000 dollars les citoyens qui divulgueront des informations permettant de démasquer des espions étrangers, annonce l'agence de presse Xinhua.

Publicité

Pékin fait de la délation une pratique rémunérée. À partir de ce lundi, la capitale chinoise récompensera financièrement tous les citoyens qui divulgueront des informations permettant de démasquer des espions étrangers présents en ville. L'annonce a été faite par le Bureau de la sécurité nationale basé à Pékin et relayée par l'agence de presse Xinhua, rapporte la BBC

VOIR AUSSI : En Chine, le gouvernement incite les femmes à ne pas tomber amoureuses d’un étranger

Pour accomplir cette nouvelle mission, les Pékinois auront trois possibilités : appeler le 123 39, la hotline dédiée à la dénonciation d'espions, envoyer un courrier ou se rendre directement dans un bâtiment gouvernemental. Selon la nature et la qualité des informations rapportées, les citoyens pourront gagner jusqu'à 500 000 yuans, soit environ 72 000 dollars. Les autorités chinoises ont tenu à préciser quels actes pouvaient être considérés comme de l'espionnage, à savoir toutes les activités qui compromettent la sécurité nationale ainsi que les tentatives de corruption de fonctionnaires. Elles ont aussi expliqué que les personnes abusant de ce nouveau service pour dénoncer un voisin trop bruyant ou un rival commercial s'exposeront à des poursuites judiciaires. 

Les personnes abusant de ce nouveau service s'exposeront à des poursuites judiciaires

La croisade contre les "forces étrangères"

Cette mesure s'inscrit dans le plan d'action engagé par le président de la République populaire de Chine, Xi Jinping. Depuis son arrivée au pouvoir en 2013, le premier secrétaire du Parti communiste mène une croisade contre ce qu'il appelle les "forces étrangères". Déjà, en 2015, l'adoption d'une nouvelle loi sur la sécurité nationale avait permis à la Chine d'allonger la liste ses dispositifs contre de possibles ingérences venues de l'extérieur, rappelle le Bangkok Post

En plus d'élargir son rayon d'action, l'Empire du Milieu a envoyé des signaux très forts à ses citoyens en avril dernier. On pense notamment à la condamnation à mort d'un technicien accusé d'avoir vendu plus de 150 000 documents classifiés à des espions. Une peine qui avait coïncidé avec la publication d'une bande dessinée dans laquelle une employée gouvernementale tombait amoureuse d'un étranger qui se révélera être un informateur à la solde d'une puissance étrangère. Bref, pour les espions du monde entier, Pékin ne répond plus. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire. 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.